Accueil > Les vidéos du Vendredi, Par Gabriel > La vidéo du Vendredi : Pourquoi n’y a-t-il pas de Lauren Feldman en France ?

La vidéo du Vendredi : Pourquoi n’y a-t-il pas de Lauren Feldman en France ?

Vous connaissez surement Lauren Feldman, un blogueur américain très critique sur la vie et le développement des start up de la Silicon Valley. Il n’hésite jamais à détruire littéralement un nouveau site (il s’attaque assez régulièrement à notre Loïc national) mais aussi à pousser des coups de gueule sur les comportements des blogueurs en général. Ici un craquage sur l’utilisation égocentrique des commentaires :

Ces critiques me font énormément de bien car elles sont souvent tout à fait pertinentes et extrêmement lucides quant aux véritables explications du développement croissant des services sociaux.

J’ai posé la question récemment sur Twitter : Comment se fait il qu’il n’y ait pas en France une personnalité correspondante, capable de critiquer de manière vive et acerbe le système du Web collaboratif ? Je trouve que nous sommes tous assez complaisants, peut être un peu trop. Par exemple, dans un récent article, Eric annonce clairement qu’il n’a reçu quasiment que des encouragements depuis l’ouverture de son blog. Cela me paraît absurde. Toute la blogosphère française se tape régulièrement dans le dos, se congratule, nous faisons une ronde bon enfant dans un monde idéalisé. Selon moi, il n’y a pas assez de clash, pas assez de confrontations ni de débats, trop de « super ton billet », « tout à fait d’accord », « longue vie à ton blog que je lis régulièrement » etc. Seuls les trolls font office aujourd’hui de contre pouvoir, et ce n’est pas franchement satisfaisant…

Thierry (qui est justement pour moi est le blogueur qui a assez d’impertinence et de recul pour devenir l’équivalent de Feldman en France) m’a rétorqué que Loren pouvait se permettre cette posture parce qu’il n’avait aucun intérêt personnel en jeu dans le Web et que son image ne pouvait pas être dégradée par son show quotidien. Après une recherche, je me suis rendu compte assez rapidement que c’était absolument faux. Feldman est le propriétaire d’une agence interactive qui réalise du contenu vidéo pour des annonceurs américains, il est ami proche de Arrington et Calacanis et récemment promu journaliste chez cnet.

Pour conclure, je dirais qu’il nous manque un Feldman d’abord parce que la France est une minuscule île dans le gigantesque océan que représente le Web mais surtout à cause d’un poids cuturel qui n’existe absolument pas au US. La liberté de parole et de ton est infiniement plus développé outre atlantique. Ils ont la culture de la confrontation, de la liberté d’expression débridée et du clash. Bref, beaucoup d’avance encore une fois pour nos cousins américains, ils ont décidement le don pour faire avancer, détruire, reconstruire et nous mettre face à nos limites. Ce sont eux qui font le Web, aussi parce qu’ils savent en quoi il n’est pas parfait.

Publicités
  1. 22/06/2008 à 11 h 28 min

    Je ne suis pas sûre qu’on ait besoin d’un Feldman en France. Les remarques et critiques de Feldman concernent des défauts que l’on retrouve un peu partout, ce n’est ni une question de frontières, ni une question de cultures.

    Effectivement, on aurait besoin de plus de critiques parfois, mais une simple traduction de Feldman suffirait amplement.

    De plus, je n’aime pas plus le « démolir pour démolir » que la « satisfaction automatique » que tu dénonces. Si nous abusons, c’est vrai, de la seconde, Feldman abuse parfois du premier. Il faut aussi garder l’esprit critique vis-à-vis de lui. 😉

  2. Jo Kouskous
    22/06/2008 à 16 h 16 min

    Feldman rocks!
    That’s it

  3. 22/06/2008 à 17 h 09 min

    Au début, j’ai eu du mal à cerner le personnage, mais ça fait quelques mois que j’arrive plus à m’en passer…

    Je voudrais bien m’y coller pour faire la version française, mais j’ai pas la voix suffisement défoncée ni le regard agressif… 😀

    BTW, je trouve sa position sur les commentaires assez radicale (et pourtant dieu sait qu’en général je suis d’accord avec lui)
    Le commentaires du genre « Je suis d’accord avec toi tiens voilà mon site » c’est nul c’est vrai.
    Mais des fois, les commentaires servent à ne pas lâcher, à ne pas abandonner. C’est peut être pas une « paie » mais en tout cas, c’est un encouragement. Et c’est tout sauf de la vanité!

  4. 22/06/2008 à 20 h 11 min

    @Delphine Je n’ai pas dit que j’étais fan inconditionnel de 1938media. Simplement, sa présence fait du bien et il s’établit comme un réel contre pouvoir. Une vraie voix critique, un peu à la manière du canard enchainé. Même si je ne suis pas toujours d’accord, son existence me rabiboche avec des billets souvent un peu trop tièdes.

    @Jo Koskous : true, true 😉

    @Olivier il a le regard la voix et aussi les connexions… On a l’impression qu’il habite avec Arrington, ils mangent ensemble, il traine toujours derrière lui. Peut être qu’ils forment un couple en privé en fait !

  5. 23/06/2008 à 15 h 12 min

    Je suis bien d’accord avec cette vision du consensus mou des blogueurs français.

    Mais celle-ci peut s’expliquer facilement :
    1/ le blogueur travaille en agence et dans ce cas il n’a pas envie de se griller avec ses clients ou ses prestataires. C’est mon cas et c’est vrai que quand je critique une campagne, il m’arrive très souvent de me retrouver face à ses concepteurs deux jours après. Ca me force à ne pas être trop « dur ».
    2/ le blogueur veut continuer à se faire bien voir des ténors de la profession. Pourquoi ? ben parce que le blogueur profite des cadeaux-blogs. Si il descend toutes les campagnes ou si il est trop instable, on ne le contactera plus pour les soirées blog. Et que va-t-il faire de ses nuits alors ?
    3/ le blogueur n’en a rien à foutre, parce qu’il a un blog de cuisine et qu’il comprend rien au web
    4/ Tout système instable tend à s’auto-équilibrer. Et le blogging est un système très très désagréable pour un certain nombre d’acteurs (presse, annonceurs, agences, politiques, etc.). J’imagine qu’un certain nombre de mesures sont prises pour éviter les débordements intempestifs (procès à Eric Dupin par exemple).

    Heureusement le bon esprit critique gaulois n’est pas perdu, et on peut lire de temps à autre quelques articles dans ce sens. Pour ma part mon netvibes ne contient que les blogs de ceux qui osent l’ouvrir… (et pour les news conventionnelles, je lis le journal du net…)

  6. 23/06/2008 à 22 h 04 min

    Je suis 100% d’accord avec toi Cyril. C’est un peu ça la petite révolution qui nous attend j’ai l’impression. La transparence, maximale, un eu dans tous les sens… On se dit tout, clairement, tout le monde est au courant, l’information est partagée par tous sans complexe. Je peux dire ce que je pense d’une campagne sans méchanceté juste pour faire avancer les choses parce qu’en plus tout est à inventer, personne n’a de certitude dans notre domaine. Les meilleurs billets que je lis aujourd’hui sont ceux qui décortiquent clairement des campagnes en proposant des leviers pour les améliorer : L’intelligence collective, c’est notre lutte… Finale…

  7. Seb
    17/12/2008 à 17 h 40 min

    Les trolls, un contre-pouvoir? Amusant. Ça supposerait qu’un troll est en fait un critique constructif, ce qui semble assez loin de la réalité. De plus, quel pouvoir possède un blog? Aucun, ou en tout cas trop peu pour « mériter » un contre-pouvoir.

    Les quelques mots sympas déposés par un passant de la toile sous un article qui lui a plu participent du plus élémentaire des comportements humains: la vie en société… De même qu’il ne serait pas constructif, en croisant un collègue de travail mal habillé, de lui dire « elle est nulle ta cravate, tête de mort », il serait ridicule de critiquer systématiquement un blog commun, même de faible teneur culturelle.

    Cette tendance à mettre en exergue celui qui critique méchamment, celui qui dérange cette « complaisance » (qui n’est rien d’autre que le ciment social, composé de politesse, de respect, de bienveillance) n’est qu’un nouveau conformisme.

    Après, on peut décortiquer encore: si des commentaires complaisants sont écrits sous des blogs qui ne le méritent pas, ce n’est ni de la faute du blogueur, ni de celle du commentateur. Actuellement, n’importe qui peut s’improviser écrivain, poète, essayiste… La qualité en pâtit forcément: chacun sait que la quantité ne lui rend pas service.

    On peut aussi s’attarder un instant sur l’expression « contre-pouvoir ». Qu’il est confortable de se proclamer pourfendeur du pouvoir, rebelle face à la puissance écrasante, surveillant jamais en repos de notre liberté chérie, courageusement campé face au danger… Mais justement, quel danger? Quelle puissance? Quel pouvoir, donc, puisque c’est de ça qu’il est question? Le pouvoir des innocents blogs fleur bleue? Des élucubrations d’adolescentes tourmentées? Des textes pleins de fautes des pseudo journalistes? De quelques photos de vacances plus ou moins artistiques? Soyons sérieux. Si nous voulons jouer au contre pouvoir, créons un site subversif dans un pays où s’exprimer est réellement dangereux; allons manifester dans un pays où la façon de contenir une manif n’est pas, comme chez nous, pensée de façon à mettre le moins possible notre vie en danger; dénonçons les véritables abus dont nous sommes victimes au quotidien; soyons réellement libres-penseurs; bref, préoccupons- nous des vrais problèmes. (J’insèrerais bien ici un smiley riant à gorge déployée, pour montrer que je rigole, et détendre l’atmosphère, mais ma conception du français me l’interdit). Oh, et puis si: :D.

    J’ai lu dans un des coms ci-dessus « j’imagine que des mesures sont prises pour éviter tout débordement intempestif ». Donc, nous sommes dans un affreux pays totalitaire, où il est interdit de se moquer du président, d’avoir un journal télé parodique, de publier des journaux parodiques ou satiriques? Un pays d’où les gens s’enfuient en s’entassant dans des bateaux de fortune? Un pays qui fait frissonner les étrangers à l’idée d’y habiter? Bon, là encore, soyons sérieux: 1) Nous sommes libres, du moins quand nous réalisons que ça ne dépend que de nous. 2) Nous sommes TOUS intolérants envers ceux qui ne pensent pas comme nous et que nous croyons intolérants envers nous (relisez lentement, c’est lourd mais c’est logique).

    Voilà, quelques mots en passant. Mais sinon, votre site est très bien, continuez comme ça… 😀

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :