Résultats de recherche

Keyword: ‘inbox’

C’était un flic et il faisait du bon travail…

dodge-the-avenger.jpg

Titre : The Avenger
Adresse : http://www.avengergame.com/
Développeur : Inbox Digital
Annonceurs : Dodge
Année de publication :
2008
Jeux concours :
non
Collecte d’informations : non

Pour les joueurs

« C’était un flic et il faisait du bon travail… » Voilà comment commençait une histoire de l’époque des flics presque plus méchants que les mafieux eux-mêmes. Cela a commencé, notamment, avec le lieutenant Bullit, dans le film éponyme. Puis nous avons eu Tanner, dans le fabuleux Driver sur Playstation 1, sans parler de Martin Reeves de l’Arme fatale. C’est sûrement à cet univers que Dodge fait référence dans son advergame. On y incarne un « gars du FBI » au volant de sa voiture (puis aux commandes de l’hélicoptère) qui compte bien stopper coûte que coûte les braqueurs de banque. S’en suit alors une poursuite au travers d’une ville et d’une autoroute, où il faudra non seulement pourchasser, mais aussi heurter la voiture rouge. L’esthétique n’est pas sans rappeler Cin City, dans son introduction. La conduite est un peu étrange au départ, surtout du point de vue du frein à main, mais on s’y fait. La bonne idée est d’avoir introduit la phase avec l’hélicoptère où vous attaquerez par les airs, pendant que votre fantôme (de votre ancienne partie) attaquera avec sa voiture les gangsters. La poursuite est vraiment bien faite, avec un ennemi au comportement réaliste qui rate lui aussi ses virages. Son comportement est assez réaliste, même si, petit bémol, on aurait aimé pouvoir le faire dévier de sa route avec les impacts. Aller, pour vous mettre dans le bain, la poursuite la plus culte de l’histoire du cinéma qui a inspirée toutes les autres :

Graphismes : 4/5
Jouabilité : 3/5
Durée de vie : 4/5
Fun : 4/5

Pour les marketeurs

Ce qui est étrange avec cet advergame, c’est qu’il s’intègre très mal au reste de la campagne Dodge. En fait, il semblerait que cette dernière ait été conçu pour que chaque support possède sa propre communication, pratiquement indépendamment des autres. Quand on regarde les affiches pour la campagne France, on a quand même du mal à reconnaître le spot Web. De la même façon, si le site Internet garde un rapport avec le spot, il n’a aucun rapport avec le reste ! L’arrivée en France de la Dodge avenger 2008 se fait avec d’autres véhicules de la marque, dont le Dodge nitro. Ce dernier dispose également d’un site Internet mais communique sur une notion totalement différente. Normal, me direz-vous, puisque c’est un autre produit !

Puissance : 4/5
Affinité : 4/5
Temps d’exposition : 5/5
Image de marque : 4/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Pensez-vous que réaliser un advergame de course pour un constructeur automobile soit risqué ?

Publicités

Le temple de la folie

lumix-the-temple-of-zoom.jpg

Titre : The temple of zoom
Adresse : http://www.freegamesnews.com/en/games/TempleOfZoom.html
Développeur : Inbox digital
Annonceur : Panasonic
Année de publication : 2006
Jeux concours : non
Collecte d’informations : oui

Pour les joueurs

Entendons-nous bien, ce n’est jamais avec plaisir que nous donnons une mauvaise note à un jeu. Personnellement, ça ne m’est jamais arrivé de casser un advergame juste comme ça. Parfois, les développeurs passent tout simplement à côté de ce qui aurait été un bon jeu, et en sortent un qui manque de tout, pratiquement. Celui-ci illustre un peu ce que je viens de dire, si ce n’est qu’il n’est pas vraiment court. Au long de 25 niveaux, vous devrez sortir un personnage d’une aire de jeu. Une petite idée des développeurs est d’avoir intégré une sorte de vue panoramique, que l’on débloque grâce à un item collecté. Cela a le mérite de modifier quasiment à chaque fois notre perception du niveau. Les graphismes sont assez sympathiques, tout en pixels (l’écran est celui d’un appareil photo). Le problème, c’est qu’on aurait attendu, vu la taille des pixels, une gestion des collisions autrement meilleure. Il arrive en effet que le personnage rate un escalier, ou glisse d’un angle ! Le pire réside sans doute dans son contrôle. Si le gameplay est simple, attendez-vous selon les niveaux à entendre le « alléluia » quelques fois. Votre avatar, dès qu’il sera sur une surface rebondissante, partira dans tous les sens (surtout sur les pièges). Bref, un jeu pas trop mauvais au départ, dont les défauts ont raison de lui (et de notre patience).

Graphismes: 4/5
Jouabilité: 1/5
Durée de vie: 3/5
Fun: 2/5

Pour les marketeurs

Ce qui est surprenant, c’est que ce jeu vient d’un développeur dont nous avons déjà testé et apprécié les advergames. Inbox Digital est une agence de communication interactive aux clients somme toute assez préstigieux : BBC, AOL, Electronic Arts et autres Twentieth Century Fox. Côté récompense, on dénombre dix récompenses en 2006, dont le « Best viral game of the year », aux Killer Viral Awards. Pour 2007, ils n’auront reçu « que » neuf récompenses. Encore une fois, c’est dommage que ce jeu ne soit pas à la hauteur de ses prédécesseurs. Celui-ci n’est pourtant pas leur premier coup d’essai en matière d’advergame pour appareil photo, puisqu’ils ont développé le jeu pour la version précédente du produit. Dommage d’ailleurs qu’ils se soient tant éloignés du produit pour cet « opus ». On aurait préféré un gameplay plus en rapport avec les fonctionnalités (sans doute nouvelles) du produit et ses avantages.

Puissance : 3/5
Affinité : 2/5
Temps d’exposition : 2/5
Image de marque : 4/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Pensez-vous qu’un advergame qui possède des bugs handicapants puisse être bon ?

Downhill Mayhem

10/09/2007 1 commentaire

downhill-mayhem.jpg

Titre : Downhill Mayhem
Adresse : http://www.downhillmayhem.com/
Développeur : Inbox Digital
Annonceur : BrAun
Année de publication : 2007
Jeux concours : Oui
CRM : Oui

Pour les joueurs
On vous disait il y a peu, à propos du créneau VTT, que la concurrence était particulièrement forte, notamment de la part de Teagames, ce pourquoi certains jeux comme Downhill Duel ont privilégié une approche graphique en 3D. Ici, Downhill Mayhem affronte directement la concurrence en optant pour un graphisme 2D en flash, et en reprenant un moteur de jeu classique : vous évoluez sur un parcours en haute montagne avec moult dénivelés, grâce auxquels vous devrez réaliser un certain nombre de tricks.
La modélisation du personnage n’est pas des plus fines, et l’animation saccade par moments, mais l’advergame conserve néanmoins la part de fun et d’immédiateté inhérente au genre. Atout : la prise de vue plus large, pour des sensations bigger than life. Pas mal.

Graphismes : 2/5
Jouabilité : 4/5
Durée de vie : 4/5
Difficulté : 4/5

Pour les marketeurs
Downhill Mayhem, développé pour promouvoir le dernier rasoir de la marque BrAun (cruZer) est l’archétype de l’addicting game (accessible, immédiat et jouable à l’envi), un type d’advergame souvent utilisé lors des grandes collectes de bases de données, car plébiscité par les internautes. Il permet de générer un trafic important sur le site des marques, et de concourir à la réussite de la campagne CRM. Toutefois, son moteur de jeu très classique et peu customisé ne véhicule aucun message et n’invite à aucun moment l’internaute à développer quelque affinité avec BrAun (vraiment sous-représentée ici), ce qui est malheureusement trop souvent le cas dans ce type de campagne, alors qu’un tel afflux de joueurs est l’occasion idéale de construire véritablement quelque chose autour de l’univers de la marque, grâce à la grammaire singulière du canal vidéo-ludique.

Puissance : 5/5
Affinité : 1/5
Temps d’exposition : 2/5
Image de marque : 2/5

Note Globale : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Quel jeu vidéo auriez-vous imaginé pour promouvoir un rasoir ?

Downhill Duel

down-hill-duel.jpg 

Titre : Downhill Duel
Adresse : http://www.downhillduel.com/
Développeur : Inbox Digital
Annonceur : Fat Face
Année de publication : 2006
Jeux concours : Oui
CRM : Oui

Pour les joueurs
Depuis la déferlante Tony Hawk Pro Skater, le nombre de jeux vidéo consacrés, non seulement au skate, mais à tous les sports extrêmes, a explosé. On ne compte plus les variations de jeux sur les sports extrêmes, qu’il s’agisse également de roller, de trottinette (si, si !) ou, comme dans le cas présent, de VTT. Ceci dit, on ne rechignera pas trop à s’y essayer à Downhill Duel, puisqu’il constitue encore l’un des rares advergames à traiter cette discipline.
Là, où c’est plus intéressant encore, c’est le choix d’un moteur de jeu 3D, qui distingue de la concurrence proposée sur les (très bons) sites de jeux flash comme Teagames. Le rendu est bien dynamique même si on regrettera quelques soucis d’aliasing, bugs d’affichage et autres raideurs dans l’animation (le rider me fait penser à un pantin désarticulé quand il chute, c’est drôle une fois, mais ensuite, je trouve ça triste). Le jeu consiste d’une seule et même course, au cours de laquelle vous pouvez réaliser quelques figures (j’ai bien dit « quelques ») mais en définitive, si l’approche est sympathique, on ne s’y attarde pas vraiment, le défi étant assez répétitif.

Graphismes : 3/5
Jouabilité : 3/5
Durée de vie : 2/5
Difficulté : 3/5

Pour les marketeurs
Downhill Duel a été développé par les auteurs des célèbres Jelly Games pour la marque de vêtements Fat Face. Si le jeu est cohérent avec l’image de l’enseigne (même milieux naturels sur les deux sites), il souffre toutefois, en termes d’affinité, des défauts déjà énoncés pour Street Kiter : un advergame qui a charge de promouvoir une image doit afficher une réalisation graphique irréprochable, or ce n’est pas tant le cas ici, puis que Downhill Duel montre de grosses limitations techniques (absence d’anti-aliasing). Reste un jeu très accessible, à l’onglet CRM bien intégré pendant le temps de chargement et à la viralité très forte (le jeu propose l’internaute de défier un ami via courriel), qui justifient à eux trois le succès de la campagne lancée en juin 2006, mais il est toujours un peu regrettable de s’en tenir à ces seuls enjeux de notoriété, notamment dans le cadre de la promotion d’une ligne de vêtement, où le premier contact avec la marque est décisif.

Puissance : 4/5
Affinité : 3/5
Temps d’exposition : 2/5
Image de marque : 4/5

Note Globale : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Dans quelle mesure estimez-vous que la réalisation graphique d’un advergame a une influence sur l’image d’une ligne de vêtement ?