Archive

Archive for the ‘Aventure’ Category

Doritos the quest : ne vous rendez pas fou

Si vous êtes ici c’est que vous n’avez pas encore eu vent de la deuxième version du blog. Je vous propose de venir nous retrouver sur http://www.advergame.fr.
L’adresse est plus courte, le design plus clair, les jeux directement jouables sur le blog… Vous aurez aussi la possibilité de vous identifier pour rédiger votre propre article sur un advergame ou un flashgame qui vous plait.

Alors n’attendez pas plus pour rejoindre la communauté de la V2 :).

Disney nous fait peur

disney.jpg

Titre : Tower of Terror
Adresse : http://www.disneytowerofterror.com/
Développeurs : BETC Euro RSCG
Annonceurs : Disneyland resort paris
Année de publication :
2008
Jeux concours :
oui
Collecte d’informations :oui

Pour les joueurs

Le web évolue et c’est dans ce genre de site évènementiel que l’on remarque que ça va très vite. Tower of Terror n’est pas juste un site mais un univers entier que Disney a créé. Dans une atmosphère de film d’horreur, très bien rendu du type Shining, le site nous propose une multitude de jeux et d’applications. On pourra en autre doubler un film dans l’esprit d’extrême studio mais ce coup-ci avec notre voie ainsi qu’un micro. On pourra aussi s’essayer à un mini jeu flippant et innovant nous faisant visiter toutes les pièces de la tour. La réalisation technique rend l’univers très réaliste et l’expérience de jeu immersive, il est très agréable de s’y promener et d’y découvrir toutes les subtilités qu’il renferme.

Graphismes : 5/5
Jouabilité : 4/5
Durée de vie : 5/5
Fun : 4/5

Pour les marketeurs

A l’occasion de sa nouvelle attraction « la tour de la terreur », Disney l’habitué des grosses campagnes de communications a fait appel à l’agence BETC Euro RSCG. Ce grand groupe est présent dans tous les domaines de la communication en France et à l’international. J’ai énormément apprécié le travail qui a été fourni pour immerger le joueur dans l’ambiance de l’attraction. Je pense que le site laisse exactement entrevoir ce qui nous attend dans le parc. La recherche de l’immersion totale de la cible est une tendance qui se démarque de plus en plus sur internet, exemple : Lacoste-futur.

Puissance : 4/5
Affinité : 5/5
Temps d’exposition : 3/5
Image de marque : 5/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gif

A vous de jouer : A vous aussi l’ambiance Shining donne des frissons ?

Dodge : un buzz nostalgique

dodgequest.jpg

Titre : Dodge Quest
Adresse : http://dodge-quest.com/
Développeur : Project Committee
Annonceurs : Dodge : http://www.dodge-japan.com/index.html
Année de publication :
2008
Jeux concours :
non
Collecte d’informations : oui

Pour les joueurs

Dodge Quest le premier RPG (rôle playing game) advergame ! Magnifique cadeau que nous fait ici Dodge. Ça fait particulièrement plaisir de tester un RPG advergame, surtout quand il s’inspire des classiques du genre, comme Final Fantasy ou encore Zelda. Il n’est pas mal réussi tant du point de vue de l’histoire que du jeu. Nous allons par contre passer notre tour pour ce qu’il est de l’originalité dans le gameplay car même les fenêtres de dialogues et les bruitages font penser à Final Fantasy 3. L’histoire quand à elle est très intéressante et inhabituelle. En effet nous incarnons un jeune homme qui, pour séduire sa dulcinée (Lucy), doit s’acheter… une Dodge… étrange mais assez poilant. Nous allons donc devoir l’aider en lui faisant remplir tout un tas de missions pour collecter un maximum d’argent. Attention car à chaque mission terminée, il faudra attendre 8h (heure réelle) pour revenir sur le site et continuer sa partie (on dirait que Dodge essaie de nous fidéliser). Il faut savoir qu’une mission dure moins de 10 minutes. Le jeu se déroule comme un RPG classique, c’est-à-dire, des phases d’explorations et de dialogues entrecoupées de phases de combats dans un décor prévu à cet effet. Les graphismes 8 bits du type Nes (Nintendo) et Master Système (Sega) accompagnés de la bonne vieille musique qui allait avec ces consoles nous font faire un bond de 15ans en arrière à l’époque où Mario faisait ses premiers pas. Ça nous rajeunit pas mais ces graphismes collent tellement bien à l’ambiance du jeu qu’on ne peut être qu’émerveillés. Pour conclure, je dirais que j’adore le style old school de ce jeu et que j’attends impatiemment la fin des 8h d’attentes, je veux ma Dodge « Charger »…

Graphismes : 5/5
Jouabilité : 4/5
Durée de vie : 5/5
Fun : 5/5

Pour les marketeurs

La marque Dodge est une habituée des campagnes de buzz marketing et on peut dire qu’elle sait comment s’y prendre avec les internautes. N’oublions pas la campagne du syndrome du bélier en 2006 qui avait habilement exploitée toutes les ressources en communication qu’offre le web. Contrairement à cette dernière, la stratégie actuelle de Dodge, visant à promouvoir une nouvelle gamme de voiture, ne se limite qu’à l’advergame. Bien sûr il existe un site servant de portail mais il ne sert pas de moteur au buzz comme on l’entend. Le jeu se suffit à lui-même et a tout pour multiplier la visibilité de la marque au bélier sur internet. En un mot, Dodge Quest est très complet et à l’époque il aurait couté 500 Francs… Jettez un œil sur le manuel de jeu et vous comprendrez l’effort que les développeurs de « Project Committee » ont fourni. Cette campagne se limite pour l’instant au Japon qui est un grand consommateur de RPG. On peut alors comprendre pourquoi ils ont choisis ce type de jeu pour véhiculer les valeurs de la marque. D’ailleurs le nom Dodge Quest ne vous rappelle rien ? Dragon Quest bien sûr, le célèbre jeu de Square Enix qui est considéré comme le premier vrai RPG à être sorti sur console. Dodge veut il en faire autant avec Dodge Quest et se réserver le titre du premier advergame RPG ? En tout cas ça pourrait faire jaser les blogueurs de toute la planète.

Puissance : 3/5
Affinité : 5/5
Temps d’exposition : 3/5
Image de marque : 4/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gif

A vous de jouer : L’advergame RPG sera t-il amené à ce développer après une telle initiative ?

Dossier : Playmobil, en avant les advergames !

Si vous êtes ici c’est que vous n’avez pas encore eu vent de la deuxième version du blog. Je vous propose de venir nous retrouver sur http://www.advergame.fr.
L’adresse est plus courte, le design plus clair, les jeux directement jouables sur le blog… Vous aurez aussi la possibilité de vous identifier pour rédiger votre propre article sur un advergame ou un flashgame qui vous plait.

Alors n’attendez pas plus pour rejoindre la communauté de la V2 :).


Jusqu’au pays de Galles pour retrouver le Saint Graal

pays-de-galles-a-la-poursuite-de-lexilir-de-jouvence.jpg

Titre : A la poursuite de l’élixir de jouvence
Adresse : http://www.elixir-de-jouvence.com/
Développeur : DDB
Annonceurs : Pays de Galles
Année de publication :
2008
Jeux concours :
oui
Collecte d’informations : oui

Pour les joueurs

Je ne pouvais pas tester cet advergame sans faire référence à la légende arthurienne. L’association d’idées n’est pas si évidente, sauf si on fait le rapport avec Perceval de Graal ou encore si on s’appuie sur l’objectif du jeu : vous faire découvrir l’élixir de jouvence… Le gameplay s’apparente à celui pour les jeux de drague en flash. Des lieux sont à visiter, avec des personnes à interroger et d’un enchaînement précis de choses à effectuer, généralement dans l’ordre. Votre avatar dispose au départ de points à répartir entre trois caractéristiques : bonne humeur ; langue et culture et forme physique. Des activités vous permettront d’augmenter ce nombre de points dans une catégorie. Ceci est essentiel pour pouvoir accéder à certaines parties du jeu et avancer. La progression est assez simple et dix minutes seront nécessaires aux néophytes pour trouver la recette tant convoitée. Globalement, l’ensemble fonctionne et s’adresse avant tout aux casual gamers qui ont envie de s’évader de leur bureau sans avoir à s’acharner sur un jeu.

Graphismes : 3/5
Jouabilité : 4/5
Durée de vie : 2/5
Fun : 2/5

Pour les marketeurs

Lorsqu’on m’a parlé de ce jeu, on me l’a décrit comme étant dans le cadre d’une campagne en cours. Mais après ce que vous savez, j’avoue que je brûle un peu de vous parler de la quête du Graal. Savez-vous à ce propos que les Monty python ont aussi leur place dans la légende en tant que source historique ? C’est pourtant ce qu’affirme Alexandre Astier dans les bonus du second livre (on est fan ou on ne l’est pas) en se basant sur ses études documentaires. Dernière source en date, donc, la série de ce dernier qui a fait ses débuts en 2006. Avec un nom à l’orthographe particulière, Kaamelott a suscité un tel engouement qu’elle est devenue une référence en un rien de temps. La recette de l’élixir de réussite tient à un humour particulier, des acteurs complices, des guest-stars en pagaille et des répliques déjà cultes. Au sujet d’Alexandre Astier, créateur, compositeur, réalisateur et acteur (je dois encore en oublier) n’oublie pas d’être également un « cyber dépendant ». Légèrement geek, le Astier ? Bonne question. En attendant, je ne résiste pas à l’envie de finir cet article avec la vidéo d’une interview pour Europe 1 où l’auteur commente ce qui est alors la sortie prochaine de l’iPhone en France.

Merci Emmanuel

Puissance : 3/5
Affinité : 4/5
Temps d’exposition : 4/5
Image de marque : 4/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : La question cruciale du jour : fans de Kaamelott ou pas ?

Fuyez, pauvres fous ! Sensibilisation aux risques du feu

scotland-survivor.jpg

Titre : Survivor ?
Adresse : http://www.dontgivefireahome.com/fire_safety/1370.html
Développeur : Matmi
Annonceurs : Info Scotland
Année de publication :
2008
Jeux concours :
non
Collecte d’informations : non

Pour les joueurs

Des jeux vintages, on en a vu un certain nombre durant nos articles sur advergame.fr. Mais celui-ci est de loin le jeu qui bénéficie de l’esthétique vintage la plus prononcée. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le style graphique est affirmé et assumé, quoique pas forcément justifié. Dans ce jeu à la Exit, après avoir affronté une intro à la limite du supportable, vous devrez vous sortir vous et votre famille d’une maison où le feu s’est déclaré. Durant votre escapade, vous devrez collecter certains objets, sans lesquels vous ne pourrez survivre. Le jeu comporte quelques subtilités, mais globalement vous devrez suivre à la lettre un chemin tout indiqué pour gagner le maximum de points. Pas d’improvisation possible, donc et encore moins de possibilités offertes. C’est là le principal défaut du jeu : une fois ce dernier terminé, on y reviendra difficilement. Le concept est pourtant accrocheur et le jeu, pas mauvais, mais le seul niveau jouable est bien trop court (comptez moins de cinq minutes pour comprendre et finir cet advergame). Peut être pour un « Survivor ? 2 » ?

Graphismes : 4/5
Jouabilité : 3/5
Durée de vie : 2/5
Fun : 3/5

Pour les marketeurs

Quitte à écrire un article sur un jeu de sensibilisation aux incendies domestiques, autant donner quelques chiffres ! Savez-vous par exemple que type de feu se déclare toutes les deux minutes en France ? 14 % de ces incendies sont causés par des enfants et dans un tiers des cas, les parents étaient absents. Cet advergame met en avant le fait que le feu se propage à une vitesse telle qu’il faut moins de trois minutes pour agir ou fuir de la maison. Des moyens de prévention efficaces existent bien sûr, comme des détecteurs de fumées, lié à une installation électrique de bonne qualité. Enfin, faites attention à vous et vos enfants ! Voilà, c’était le message de prévention, de paix et d’amour du jour !

Puissance : 3/5
Affinité : 4/5
Temps d’exposition : 4/5
Image de marque : 4/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Quels sont selon vous les meilleurs advergames de sensibilisation ?

4 fantastiques et 5 vies… Où va l’advergaming ?

4-fantastiques.jpg

Titre : Rise of the silver surfer
Adresse : http://www.starvingeyes.com/archive/games/fantasticfour/
Développeur : Starving eyes advertising
Annonceurs : Fox international/Dr Pepper/ Burger King
Année de publication :
2005
Jeux concours : non
Collecte d’informations : non

Pour les joueurs

Il arrive parfois que je me pose des questions qui restent sans réponse. Si un chauffeur de taxi (et non de buzz) vous ramène en marche arrière chez vous, est-ce que c’est lui qui vous doit de l’argent à l’arrivée ? Voilà le genre d’interrogations qui restent ancrées dans mon esprit torturé. Malheureusement, cet advergame va en rajouter quelques unes. On peut choisir de jouer un des personnages de la fameuse équipe des quatre fantastiques. Mais pourquoi a-t-on cinq vies disponibles ? Ne valait-il pas mieux en mettre qu’une seule par personnage ? Les graphismes sont assez jolis, l’animation, convaincante… Mais pourquoi avoir mis ces monstres, plutôt que les méchants du film ? De la même manière, les développeurs savent-ils qu’ il y a un décalage entre le son et l’image ? Le pire dans tout cas, c’est que si la jouabilité est correcte, elle n’est pas du tout adaptée aux ennemis, bien trop rapides. Ces derniers ne pourront d’ailleurs pas vous suivre d’un écran à l’autre, ce qui vous obligera à d’incessants aller-retours, pratiquement injouables. Pourquoi ne pas avoir rendu le personnage plus rapide, ou alors faire que les ennemis puissent vous suivre ? Mystère.

Graphismes: 3/5
Jouabilité: 2/5
Durée de vie: 1/5
Fun: 1/5

Pour les marketeurs

Les quatre fantastiques et le surfer d’argent est une suite d’une adaptation d’un comic book créé en 1961 par Stan Lee et Jack Kirby. Ce second opus a plafonné au box-office avec 57,4 millions de dollars de recette. Une réussite, donc, par rapport au premier épisode, qui n’a compté « que » 56 millions de dollars de bénéfice. Mais là où le premier épisode avait coûté 100 millions de dollars, le budget a été revu à la hausse, pour 130 millions de dollars. S’il se murmure qu’une suite serait en préparation, Jessica Alba a dores et déjà déclaré qu’elle n’y serait pas ! Dommage pour les millions de fans et autres amoureux, dont je fais partie ! Mais rassurez-vous, l’actrice sera belle et bien présente dans Sin City 2. Qui sait, peut être nous refera-t-elle rêver avec une autre scène culte ?

Puissance : 3/5
Affinité : 3/5
Temps d’exposition : 2/5
Image de marque : 3/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Avez-vous d’autres exemples d’advergames qui s’inspirent mal de leurs sujets ?

Le temple de la folie

lumix-the-temple-of-zoom.jpg

Titre : The temple of zoom
Adresse : http://www.freegamesnews.com/en/games/TempleOfZoom.html
Développeur : Inbox digital
Annonceur : Panasonic
Année de publication : 2006
Jeux concours : non
Collecte d’informations : oui

Pour les joueurs

Entendons-nous bien, ce n’est jamais avec plaisir que nous donnons une mauvaise note à un jeu. Personnellement, ça ne m’est jamais arrivé de casser un advergame juste comme ça. Parfois, les développeurs passent tout simplement à côté de ce qui aurait été un bon jeu, et en sortent un qui manque de tout, pratiquement. Celui-ci illustre un peu ce que je viens de dire, si ce n’est qu’il n’est pas vraiment court. Au long de 25 niveaux, vous devrez sortir un personnage d’une aire de jeu. Une petite idée des développeurs est d’avoir intégré une sorte de vue panoramique, que l’on débloque grâce à un item collecté. Cela a le mérite de modifier quasiment à chaque fois notre perception du niveau. Les graphismes sont assez sympathiques, tout en pixels (l’écran est celui d’un appareil photo). Le problème, c’est qu’on aurait attendu, vu la taille des pixels, une gestion des collisions autrement meilleure. Il arrive en effet que le personnage rate un escalier, ou glisse d’un angle ! Le pire réside sans doute dans son contrôle. Si le gameplay est simple, attendez-vous selon les niveaux à entendre le « alléluia » quelques fois. Votre avatar, dès qu’il sera sur une surface rebondissante, partira dans tous les sens (surtout sur les pièges). Bref, un jeu pas trop mauvais au départ, dont les défauts ont raison de lui (et de notre patience).

Graphismes: 4/5
Jouabilité: 1/5
Durée de vie: 3/5
Fun: 2/5

Pour les marketeurs

Ce qui est surprenant, c’est que ce jeu vient d’un développeur dont nous avons déjà testé et apprécié les advergames. Inbox Digital est une agence de communication interactive aux clients somme toute assez préstigieux : BBC, AOL, Electronic Arts et autres Twentieth Century Fox. Côté récompense, on dénombre dix récompenses en 2006, dont le « Best viral game of the year », aux Killer Viral Awards. Pour 2007, ils n’auront reçu « que » neuf récompenses. Encore une fois, c’est dommage que ce jeu ne soit pas à la hauteur de ses prédécesseurs. Celui-ci n’est pourtant pas leur premier coup d’essai en matière d’advergame pour appareil photo, puisqu’ils ont développé le jeu pour la version précédente du produit. Dommage d’ailleurs qu’ils se soient tant éloignés du produit pour cet « opus ». On aurait préféré un gameplay plus en rapport avec les fonctionnalités (sans doute nouvelles) du produit et ses avantages.

Puissance : 3/5
Affinité : 2/5
Temps d’exposition : 2/5
Image de marque : 4/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Pensez-vous qu’un advergame qui possède des bugs handicapants puisse être bon ?

Le jeu de la mort qui ne tue pas

jokers-masquerade-attack-of-the-funky-zombies.jpg

Titre : Attack of the funky disco zombies
Adresse: http://game.joke.co.uk/
Développeur : Matmi games
Annonceur: Jokers’ masquerade
Année de publication: Octobre 2006
Jeux concours: non
Collecte d’informations: oui

Pour les joueurs
Certes, ce n’est pas la période rêvée pour un advergame sur halloween, mais ce jeu fait suite à l’article précédent, explorant une autre période que celle de Noël. On y incarne une personne lambda contrainte de barricader sa maison contre des hordes de zombis et de fantômes. Pour ce faire, vous disposez de multiples objets, comme de l’inévitable fusil à pompe, dévastateur de têtes en putréfaction ou encore d’un aspirateur à fantômes. Les six niveaux se suivent sans lasser, proposant plusieurs phases de gameplay différentes (je vous laisse la surprise). La réalisation est très convaincante pour ce type de jeu (vue en 2D, dans la veine de Pitfall pour les connaisseurs), l’humour y est omniprésent et la durée de vie est plus que satisfaisante.

Graphismes: 3/5
Jouabilité: 4/5
Durée de vie: 5/5
Fun: 4/5

Pour les marketeurs
Sorti en octobre, cet advergame a raflé le bronze au « Best Interactive Eurobest » à l’Eurobestlive 2006 (sorte de trophées de la communication), face à 5000 autres prétendants. Le soin tout particulier qui a été apporté à sa conception s’explique par l’importance de la période d’halloween pour l’annonceur (location de costumes et autres déguisements, forcément). La campagne menée autour du jeu fut un succès, les visiteurs affluant par milliers, avec une augmentation conséquente des chiffres des ventes.

Puissance : 3/5
Affinité : 4/5
Temps d’exposition : 4/5
Image de marque : 4/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Serez-vous capables de survivre dans cet enfer pleins de zombis funky et autres créatures étranges?

Orange : Ze site qui n’en finit pas…

29/11/2007 1 commentaire

https://advergames.files.wordpress.com/2007/11/long.jpg

Titre : Good things should never end
Adresse
: http://unlimited.orange.co.uk/flash/go
Développeur : ?
Annonceur: Orange UK

Année de publication: 2007
Jeux concours: non
Collecte d’informations: non

 

 

Pour les joueurs
Iz dis âne advergame iz dis note ? Aïe donte no. Ce qui est certain c’est que ce site est très joli et que l’idée est sacrément bonne. Le scroll ne s’arrete jamais, il y a de nombreuses animations les unes au dessus des autres très ludiques. Je me suis personnellement ennuyé au bout de 47 min 38 sec. Pas mal… (sachant que je suis évidement au boulot !)

Graphismes: 4/5
Jouabilité: 3/5
Durée de vie: 3/5
Difficulté: ..
Fun: 5/5

Pour les marketeurs
Mises à part les qualités graphiques et créatives de ce site je pense qu’il serait intéressant de s’arrêter quelques instants sur les différents icônes de partage omniprésents. En effet, le visiteur est souvent invité à partager cette page via facebook, SU, delicious… Ce n’est pas une première mais la pratique se généralise. Tous ces sites vont peut être devenir les éléments incontournables à toute campagne de buzz et ainsi solidifier leur place dans les grandes chaînes Web. Pour ma part, je pense que des services comme Stumble Upon sont de grandes idées et qu’elles bouleversent notre rapport au surf en le rendant plus agréable et efficace. Il faut désormais que leur modèle se stabilise, et donc qu’ils prouvent aux marques leur pertinence : Je suis proche de celles ici et je pense que cela va tout de même prendre quelques temps… EDUQUONS !

Puissance : 5/5
Affinité : 4/5
Temps d’exposition : 5/5
Image de marque : 3/5

Note Globale Advergame :z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Est ce que les nombreuses sollicitations artificielles au partage du lien ne vous ont pas un peu crispés ?