Archive

Archive for the ‘Par Matthieu’ Category

Adieu Pellicules

adieu-pellicules.JPG

Titre : Adieu Pellicules
Adresse : http://www.adieupellicules.be/
Développeur : Bureau 347 / Publicis
Annonceur : Laboratoires Garnier
Année de publication : 2007
Jeux concours : Oui
CRM : Oui

Pour les joueurs
Depuis la pub pour Head&Shoulders que j’ai vu étant petit, je suis hanté par le souvenir de petites pellicules blanches sur mon épaule quand je porte un costume noir. Avec l’advergame « Adieu Pellicules », c’est devenu pire : un petit balayage à la main ne suffit plus, il me faudra désormais aller chercher l’aspirateur portable si la folie me prend de secouer mes cheveux. Le pire, c’est que parmi toutes celles qui tombent, je n’arrive à en aspirer que 58. Oui, c’est tout. Et vous, vous faites combien ?

Graphismes : 3/5
Jouabilité : 3/5
Durée de vie : 1/5
Difficulté : 2/5

Pour les marketeurs
Développé en juin 2007 par le Bureau 347, pour les laboratoires Garnier, la campagne publicitaire « Adieu pellicules » avait un double objectif : conquérir le segment marché occupé par Head & Shoulders, en proposant un produit anti-pelliculaire Fructis, et organiser une campagne CRM via un jeu-concours, au principe très viral (inviter 4 amis pour tenter de gagner un voyage en Egypte). Cependant, malgré un lien chez adverblog (le blog-référence du buzz marketing), le bouche à oreille n’a visiblement pas pris : la faute probablement à une imagerie un peu osée qui, loin d’associer une image de beauté au shampooing Fructis, laisse paradoxalement en tête quelque vision d’horreur, limitant alors la portée de la campagne. Un peu dommage.

Puissance : 2/5
Affinité : 3/5
Temps d’exposition : 2/5
Image de marque : 3/5

Note Globale : z-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Quelle impression de la marque Fructis vous a laissé cet advergame ?

Pourquoi s’intéresser aux advergames ?

A la une du Journal Du Net, un dossier pour comprendre et savoir utiliser l’advergaming : idéal pour les professionels du marketing qui souhaitent se familiariser avec une stratégie de communication qui séduit de plus en plus d’entreprises. Article complet ici.

Catégories :Actualité, Par Matthieu

The Good Food Fight

the-good-food-fight.PNG

Titre : The Good Food Fight
Adresse : http://www.thegoodfoodfight.com/
Développeur : Mono / Daddy
Annonceur : Eat Better America / General Mills inc.
Année de publication : 2007
Jeux concours : Non
CRM : Non

Pour les joueurs
Connaissiez-vous le mini site publicitaire « Le Duel » de Club Internet ? Si ce n’est pas le cas, essayez plutôt son ascendant culinaire « The Good Food Fight », un advergame où vous affrontez un(e) chef de cantine, en train de vous balancer le contenu de son menu à la tête : à vous de lui rendre boulette de poisson pour boulette de poisson. Bon, vous aurez beau vous appliquer à viser, vos lancers partiront légèrement en vrille jusqu’à péter les fenêtres, mais bon le mini site en full flash video est franchement bien fait, et vous rendra facilement accro au son du bruit de spaghettis contre l’écran. Personnellement, je ne demande qu’à recommencer une baston avec un nouveau chef pour le voir s’en prendre plein la tronche avec mes abricots. Ca me manquerait presque la cantine, tiens.

Graphismes : 5/5
Jouabilité : 4/5
Durée de vie : 2/5
Difficulté : 2/5

Pour les marketeurs
Prendre conscience de manière amusante et interactive quelles sont les recettes qui contribuent à vos besoins nutritionnels, c’est possible : The Good Food Fight, portail vers eatbetteramerica.com, répond ainsi à point nommé aux besoins du site de General Mills inc, tant en termes de notoriété qu’en termes d’image. En effet, les problèmes de santé posés par la surcharge pondérale se montrent particulièrement nombreux aux Etats-Unis, où il est difficile de sensibiliser les jeunes et leurs parents aux vertus d’une alimentation saine, certaines études révélant même que les enfants ont tendance à choisir plus spontanément des aliments riches en matières grasses. D’où la pertinence d’un advergame qui parle leur langage pour introduire au site militant eatbetteramerica.com, recueil de recettes simples à accomplir (tant pour les foyers que pour les cantines). Son interface ludique, et son fort potentiel de viralité (avec ces onglets de forward déguisés) ont largement contribué à sa notoriété, jusqu’à le voir propulsé site du jour chez thefwa.com. Très belle opération de buzz marketing donc, même si celle-ci n‘enseigne pas nécessairement le respect de la nourriture.

Puissance : 4/5
Affinité : 5/5
Temps d’exposition : 2/5
Image de marque : 3/5

Note Globale : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Lequel des trois chefs avez-vous eu le plus de plaisir à bombarder ?

Michelinman Kicking Challenge

michelinman-kicking-game.JPG

Titre : Michelinman Kicking Challenge
Adresse : http://www.cbsgames.com/games/play/sl3dfgm
Développeur : Skyworks
Annonceur : Michelin
Année de publication : 2007
Jeux concours : Non
CRM : Oui

Pour les joueurs
Je m’étais juré de boycotter « ça ». Quitte à rester enfermé dans mon bureau, fermer les yeux dans la rue, baisser la tête, me boucher les oreilles et surtout éteindre la télé. Mais impossible d’échapper aux burgers Michalak et aux unes de couverture sur Chabal. Alors, oui, j’ai cédé : un advergame autour du ballon oval en ces temps de coupe du monde de rugby (même s’il s’agit davantage de football américain dans le cas présent).
Voici donc un advergame développé pour Michelin, mettant en scène le sempiternel bibendum qui tente (de manière un peu opportuniste, il faut bien l’avouer) une transformation. C’est en 3D, ça s’essaie deux minutes et trois clics de souris, le temps de s’apercevoir que les instants replay sont buggés à mort. Si vous kiffez, y’a la même la même chose avec du basket.

Graphismes : 4/5
Jouabilité : 4/5
Durée de vie : 1/5
Difficulté : 2/5

Pour les marketeurs
Malgré son référencement chez CbsGames, bien côté sur Alexa, il n’y a pas vraiment d’enjeu de puissance autour de cet advergame (du propre aveu de Skyworks). Il ne s’agit pas tant de promouvoir leurs pneumatiques mais davantage d’animer le site internet michelinman.com, revu entièrement en 3D, auprès d’un public américain et amateur de football. Un clin d’œil amusant qui toutefois ne construit pas grand chose autour de l’univers de la marque, ni ne renforce à proprement parler l’affinité avec le bibendum, la faute au peu d’interaction proposé par l’advergame, au gameplay extrêmement limité.

Puissance : 3/5
Affinité : 2/5
Temps d’exposition : 2/5
Image de marque : 2/5

Note Globale :z-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Vous saviez que Bibendum fêtait ses 109 ans cette année ? C’est fou, non ?

Run For The Hills

Titre : Run For The Hills
Adresse : http://thhe.ign.com/
Développeur : Fox Interactive
Annonceur : Fox International
Année de publication : 2006
Jeux concours : Oui
CRM : Oui

Pour les joueurs
Pour moi, les films d’horreur, je n’en regarde plus depuis longtemps, et il en va un peu de même pour les thrillers. Et bien oui, quand on a terminé à 11 ans le jeu Resident Evil, il est difficile de faire plus fort en termes d’immersion, d’angoisse et de terreur. Je n’ai donc jamais été amateur des productions de Wes Craven (dont La Colline a des Yeux), en revanche, je suis volontiers preneur quand s’offre à moi un Silent Hill ou un Alone In The Dark. Bonne nouvelle donc que cet advergame, inspiré du remake de « The Hills Have Eyes », pour réconcilier les deux univers.
Run For The Hills s’apparente de prime abord à un FPS de facture très classique, proche d’un Doom pour ses aspects labyrinthiques et son architecture aux façades monotones. Là où cela devient plus intéressant, c’est quand l’advergame importe du survival horror la gestion de la lumière : un emprunt pertinent à Alone In The Dark, qui vous plonge dans le noir le plus complet et vous laisse à la merci de votre lampe et de ce qui lui reste de batterie. Finis donc, ces écrans extra larges qui vous rassurent sur votre environnement, il faut maintenant bouger la souris de manière hystérique pour ne pas vous laisser surprendre par un mutant agressif. C’est d’autant meilleur quand on sait que l’advergame qui correspond à sa suite (« Massacre de Mutants »), s’il en reprend le principe, s’avère beaucoup moins immersif.

Graphismes : 5/5
Jouabilité : 5/5
Durée de vie : 4/5
Difficulté : 4/5

Pour les marketeurs
Référencé chez ign.com qui affiche une très forte fréquentation, cet advergame a naturellement touché une cible qualifiée (les cinéphiles amateurs de films d’horreur), pour qui il fonctionne comme un teaser : un peu à l’instar d’une bande annonce, il introduit de manière succincte au synopsis, sans toutefois souffrir des restrictions relatives à l’âge du spectateur. En effet, la publicité interactive permet d’effectuer un tri auprès des internautes en n’autorisant l’accès au site qu’aux visiteurs de plus de 16 ans, à qui l’advergame offre un niveau d’angoisse et de gore semblable à celui du film, avec une immersion toutefois plus approfondie. Run For The Hills, sorti en mars 2006 pour accompagner la sortie du film, remplit donc parfaitement ses objectifs en termes de puissance et d’affinité. Il s’avère aussi un support idéal pour mener une campagne CRM, puisqu’une invitation à un concours s’offre aux joueur en fin de partie.

Puissance : 4/5
Affinité : 4/5
Temps d’exposition : 4/5
Image de marque : 5/5

Note Globale :

A vous de jouer : Pour vous introduire à l’ambiance d’un film, préférez-vous un teaser ou un advergame ?

Get The Glass

Titre : Get The Glass
Adresse : http://www.gettheglass.com/
Développeur : North Kingdom / Goodby Silverstein & Partners
Annonceur : California Milk Processor Board
Année de publication : 2007
Jeux concours : Oui
CRM : Oui

Pour les joueurs
On connaissait bien Got Milk? pour ses nombreuses affiches montrant des célébrités affublées d’une moustache de lait. Mais ici, chez advergame.fr, on les connaît mieux parce qu’un advergame aux graphismes à tomber par terre a été lancé en mars 2007 pour promouvoir les bienfaits nutritionnels du lait. Vous voilà donc engagés dans une poursuite d’enfer avec votre petite famille de cambrioleurs en mal de produits laitiers, sur un jeu de l’oie modernisé où il vous faudra éviter les assauts des troupes de Milkatraz et des policiers pour pouvoir atteindre LE verre de lait. Vous évoluez donc sur un tapis de jeu classique, avec les traditionnels dés et cases spéciales. De temps à autre, ce gameplay assez rebattu et somme toute très classique est interrompu pour proposer des mini défis, dans lesquels il s’agit le plus souvent de réaliser une performance dans un temps imparti (courses de voiture, jeu de différences, etc). Le tout a été réalisé dans un esprit très familial, donc le game design est extrêmement simplifié (cela ne se joue qu’avec la souris). Seul souci néanmoins : la nécessité d’une bande passante assez large pour pouvoir supporter ces très longs temps de chargement.

Graphismes : 5/5
Jouabilité : 3/5
Durée de vie : 4/5
Difficulté : 3/5

Pour les marketeurs
Créé en mars dernier par l’agence North Kingdom pour le California Milk Processor Board, « Get The Glass » s’inscrit dans le cadre de la campagne « Got Milk? », qui cherche à sensibiliser les foyers américains aux bienfaits du lait, et à encourager sa consommation. Le jeu a donc été pensé à leur encontre : Get The Glass reprend les fondamentaux du jeu de l’oie, qu’il modernise afin de toucher le plus grand nombre (le site a ainsi connu un très large succès, grâce entre autres à ses onglets de forward dissimulés dans le jeu et au buzz généré par les blogs), tout en s’assurant de bien véhiculer quelque message pédagogique via les cases « challenge » (sur des sujets aussi divers que l’apport du lait en calcium, la participation du lait à l’amélioration du sommeil et du cuir chevelu, à la diminution des syndromes prémenstruels, etc). Le site, très joli dans l’ensemble, accuse toutefois un certain défaut, de par son parti pris : un temps de chargement assez long, pouvant potentiellement décourager les casual gamers.

Puissance : 5/5
Affinité : 3/5
Temps d’exposition : 4/5
Image de marque : 4/5

Note Globale :

A vous de jouer : Avez-vous pris le temps de finir le jeu ?

Actualités

La rubrique Tous les advergames de A à Z a été mise a jour et comprend désormais plus de 200 advergames. La rédaction d’advergame.fr compte sur vous pour faire doubler ce chiffre très prochainement !

Catégories :Actualité, Par Matthieu

Les Nuits des Clans

20/09/2007 1 commentaire

la-nuit-des-clans.jpg

Titre : Les Nuits Des Clans
Adresse : http://www.lesnuitsdesclans.com/
Développeur : Nouveau Jour
Annonceur : Nouveau Jour / Pernod Ricard
Année de publication : 2006
Jeux concours : Oui
CRM : Non

Pour les joueurs
Pour les amateurs de voyage à travers l’Europe, voici un jeu d’aventure paru en fin d’année 2006 avec de très beaux plans en noir et blanc des villes Londres, Barcelone, Berlin, Milan ou Glasgow. Sur un gameplay semblable à Myst (un point’n click en vue subjective, qui fait succéder divers plans fixes), l’advergame vous invite à tracer votre chemin jusqu’aux soirées très privées des Clans, en menant l’enquête indice par indice. Le jeu suit une trame très linéaire, on progresse facilement et n’explore jamais plus de deux fois le même lieu. On déroule presque le site comme on lirait une histoire : très certainement pour vous inciter à aller au bout des 6 missions, et vous rendre finalement aux « vraies » soirées organisées par Pernod Ricard.

Graphismes : 4/5
Jouabilité : 4/5
Durée de vie : 4/5
Difficulté : 3/5

Pour les marketeurs
Les Nuits Des Clans sont des soirées organisées par Nouveau Jour, une agence de conseil indépendante spécialisée dans le buzz marketing, et les stratégies de communication alternatives. Pour promouvoir leurs évènements, un advergame apparaît donc comme une vitrine cohérente, à la fois de leur activité auprès des professionnels mais également idéal pour toucher une cible de jeunes joueurs entre 18 et 25 ans, via un concours s’étalant sur 6 mois, leur proposant de gagner des nuits en clubs. C’est également l’occasion de relancer ces soirées autrefois organisées par Clan Campbell (la marque whisky de Pernod Ricard), marque ici dissimulée dans le seul logo du jeu : façon de contourner les restrictions très sévères concernant la publicité d’alcool en France.

Puissance : 2/5
Affinité : 3/5
Temps d’exposition : 4/5
Image de marque : 3/5

Note Globale : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Ce jeu vous inspire t-il un détour par une nuit des Clans ?

Book Of Little Deviants

little-deviant-2.jpg

Titre : Book Of Little Deviants
Adresse : http://www.littledeviant.com/
Développeur : Shilo / Attik
Annonceur : Toyota
Année de publication : 2007
Jeux concours : Non
CRM : Non

Pour les joueurs
Pour ne pas avoir joué à Legacy Of Kain depuis des années, j’avoue avoir été un peu choqué quand j’ai joué à Book Of Little Deviants pour la première fois. En tant que testeur, je m’attends généralement à toujours trouver une « caution morale » derrière chaque advergame. Or ici, non, et c’est même le contraire.
Vous voici plongé dans un univers peuplé de « sheeples » (sorte d’hommes-moutons léthargiques et conformistes), qui passent leur vie à peindre le monde en gris. Vous avez donc très naturellement la charge de les éventrer, découper, torturer et tuer à travers 7 missions, au grand renfort des « little deviants », une armée de sales petits monstres ayant pour idole la Toyota Scion. Le graphisme de Dave Correia est superbe de violence, mélange de crayonnés, after effects et flash. Plus intéressant encore, celle-ci sert une vraie trame en 7 étapes et autant de mini jeux gores, simples et addictifs – auxquels je dois bien avouer avoir pris du plaisir, malgré cet imaginaire de rafles, d’un goût légèrement douteux. La prise de risque, tant artistique que commerciale, est néanmoins très appréciable, et prouve la versatilité -si besoin est encore- du support vidéoludique.

Graphismes : 5/5
Jouabilité : 4/5
Durée de vie : 3/5
Difficulté : 4/5

Pour les marketeurs
La campagne de Toyota, lancée en juin dernier pour promouvoir son modèle Scion, a soulevé de nombreuses interrogations, autant pour ses spots publicitaires relativement violents diffusés dans les cinémas en première partie d’Harry Potter, que pour son advergame qui invite l’internaute à participer au génocide des « sheeples ». Les questions portaient généralement sur la teneur du message, et la cible à laquelle s’adressait une telle campagne. Il faut croire que, suite à une étude publiée par eMarketer sur les « youth-fluentials » (cette génération de prescripteurs située entre 12 et 25 ans), Toyota a volontairement ciblé les leaders d’opinion qui ne veulent pas suivre le courant général : Books Of Little Deviants a ainsi connu un succès de masse grâce aux blogs et autres médias alternatifs, par essence anti-conformistes. Ce fut également l’occasion pour Toyota d’asseoir sa position dominante sur le marché américain, que l’entreprise a pénétré de manière très agressive, et d’enterrer symboliquement les grandes firmes du Big3 (Ford, General Motors, Chrysler) en leur signifiant qu’ils sont de l’histoire ancienne et devenus LA conformité. Il en reste néanmoins que le site se situe aux confins de la légalité, si l’on juge du rapport qu’il entretient avec sa cible (les 12-25 ans donc), puisque malgré son interdiction au moins de 16 ans (et l’interdiction de forwarder le jeu aux moins de 21 ans), il ne présente aucun avertissement à l’entrée. De quoi éroder l‘image de Toyota ?

Puissance : 5/5
Affinité : 4/5
Temps d’exposition : 4/5
Image de marque : 3/5

Note Globale : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Quelle image de Toyota vous inspire Book Of Little Deviants ?

Sunshine, le jeu

18/09/2007 1 commentaire

sunshine-le-jeu.jpg

Titre : Sunshine, le jeu
Adresse : http://www.sunshine-lejeu.com/
Développeur : 20th Century Fox
Annonceur : 20th Century Fox
Année de publication : 2007
Jeux concours : Oui
CRM : Oui

Pour les joueurs
Je n’ai pas la moindre idée de ce à quoi le dernier film de Danny Boyle peut bien ressembler, même si la photo laisse suggérer un délire cosmique quelque part entre Mission To Mars et le Solaris de Steven Soderbergh. Sans même avoir pris le temps de regarder le teaser, je me suis lancé dans l’advergame, histoire de savoir si oui ou non, le jeu vidéo est en mesure de remplacer une bande annonce.
Problème : j’ai toujours trouvé les Myst-like un peu ronflants… Pour vous décrire un peu l’ambiance, il s’agit d’un jeu d’aventure dans une navette spatiale où vous avez pour charge de protéger votre équipage du soleil. S’enchaînent donc quelques quêtes à accomplir. La réalisation est propre, quoiqu’un peu triste. Le tout dure quand même 15 minutes, au bout desquelles je n’ai finalement pas été plus renseigné sur ce à quoi ressemble le film.

Graphismes : 4/5
Jouabilité : 4/5
Durée de vie : 3/5
Difficulté : 2/5

Pour les marketeurs
Afin de promouvoir la sortie du film Sunshine en avril 2007, la 20th Century Fox a mis en place une large campagne de publicité interactive avec, en marge du site officiel, un mini-site créé spécialement pour le jeu vidéo « Sunshine ». Si la démarche est intéressante, et le ciblage bien opéré – le sociotype amateur de science fiction se montre généralement aussi intéressé par les nouvelles technologies – il en reste que la lecture du jeu (et du film) n’a pas été facilitée à l’internaute : nulle révélation n’est faite quant au contenu du film, nulle tension dramatique ne s’immisce, rien qui puisse faire office de « teaser » dans cet advergame, qui n’a plus finalement pour fonction que de collecter des informations sur le spectateur officiel. Si cette demande d’informations est bien intégrée à l’interface graphique, à l’ouverture même du site, il en reste que pour mener une campagne CRM, il aurait fallu exploiter les possibilités de viralité offertes par le web pour gagner en puissance, or il n’en est rien : on ne discerne alors plus vraiment l’utilité d’un tel advergame.

Puissance : 2/5
Affinité : 2/5
Temps d’exposition : 3/5
Image de marque : 2/5

Note Globale : z-plein.gifz-vide.gifz-vide.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Quelqu’un l’a vu ce film ? Quels liens avec l’advergame ?