Archive

Archive for the ‘Informatique’ Category

Panasonic-Viera : une nouvelle expérience

fee.jpg

Titre : Viera experience
Adresse : http://grandjeuviera3d.fr/
Annonceurs : Panasonic-Viera
Développeurs : Emissive
Année de publication :
2008
Jeux concours :
oui
Collecte d’informations : oui

Pour les joueurs

Comme dirait Bernard Campan : « je sais pas comment te dire ce que je peux pas écrire« . Et bien j’aime tellement ce jeu que les mots me manquent pour en parler. Développé avec Virtools ce jeu a la particularité de nous immerger complètement dans le monde féérique qu’il a créé. On ne joue pas on voyage. La réalisation n’a aucun défaut, les graphismes ne laissent pas entrevoir le moindre pixel, les caméras sont très bien gérées et donnent un effet de vitesse sans précédent, les décors nous plongent dans un univers fantastique, riche en couleurs et en effet de lumière, enfin le son bien rendu rajoute une pointe de réalisme au tout. Pour résumer le jeu est presque parfait. Presque car je regrette quand même la durée de vie trop courte et le gameplay un peu simpliste. En effet j’aurais espéré faire plus qu’attraper des boules de couleurs. Mais comme je l’ai dit on ne joue pas, on voyage.

Graphismes : 5/5
Jouabilité : 5/5
Durée de vie : 2/5
Fun : 4/5

Pour les marketeurs

La guerre fait rage entre les écrans LCD et plasma. Réputés comme plus chers, les écrans plasma on vu voir leurs parts de marché décroitre pendant un certain temps mais en ce moment le plasma revient en force. Panasonic-viera est le spécialiste du haut de gamme et nous le fait savoir par un advergame développé par Emissive avec la technologie Virtools. Il faut avouer que ce jeu correspond tout à fait au produit et à la cible. Une telle beauté dans la réalisation du jeu ne peut qu’allécher des potentiels acquéreurs de télévisions HD, d’autant plus que la mise en scène nous fait comprendre que cette qualité est uniquement présente sur le téléviseur Full HD TH-42PZ81 (compliqué comme nom).

Puissance : 4/5
Affinité : 5/5
Temps d’exposition : 4/5
Image de marque : 5/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gif

A vous de jouer : A quand le nouveau second life avec Virtools ?


Catégories :Adresse, Informatique, Par Kevin, Test Étiquettes : , , , ,

Snap happy un smile et c’est parti

snaphappy.jpg

Titre : Snap Happy
Adresse : http://snaphappy.viral-game.co.uk/
Développeurs : Koko digital
Annonceurs : Currys, Panasonic-Lumix
Année de publication :
2008
Jeux concours :
oui
Collecte d’informations : oui

Pour les joueurs

Snap happy est un jeu tout mignon où il faudra capturer avec son Lumix les sourires des félins, oiseaux, poissons et passants que nous croiserons pendant nos voyages. Ce soft assez enfantin dans l’ambiance qu’il dégage, a un game play curieux. On zoom avec les flèches directionnels avant et arrière et on vise avec la souris qui en même temps nous sert à se déplacer d’un bout à l’autre du cercle de jeu. Il faut donc un temps d’adaptation. Le jeu se répartit sur 5 niveaux dans lesquels il faudra photographier un maximum de sourires dans un temps limité. Je suis fier de vous annoncer que je suis 3ème au classement des joueurs ! Il faut dire que nous sommes à l’heure actuel 6 à y avoir joué.

Graphismes : 4/5
Jouabilité : 3/5
Durée de vie : 4/5
Fun : 4/5

Pour les marketeurs

Currys est un site de vente de produit de marque en ligne, ouvert en 2008. D’un autre côté, Panasonic étoffe son offre d’appareils photos et de caméras Lumix. Ce mini jeu en co-branding est destiné à faire cette double promotion. On a déjà été habitué aux campagnes de qualités de Panasonic avec notamment Vieraexpérience et son site événementiel visuellement riche. L’aspect enfantin de l’advergame montre un changement de stratégie de la marque surement influencé par Currys. La campagne n’est surement pas destiné à un jeune public, alors je me demande pourquoi ils ont préféré utiliser un tel jeu. Je pense que l’on peut regretter que Panasonic n’ait pas fait un jeu un peu plus adulte et plus design comme à son habitude, ce qui aurait permis de mieux dialoguer avec leur cible. D’autre part et comme je l’ai dit plus haut, très peu de joueurs ont testé le jeu car il a été publié il y a quelques jours seulement (pas plus de 5). Il va donc être difficile de noter la puissance et le temps d’exposition…

Puissance : -/5
Affinité : 2/5
Temps d’exposition : -/5
Image de marque : 4/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Début prometteur ou fin choatique pour cette campagne ?

DOSSIER Popfly : La révolution de Microsoft

popfly.jpg

Titre : Popfly
Adresse : http://www.popfly.com/
Développeur : Microsoft
Année de publication :
2008

Microsoft a annoncé fin 2007 la sortie de Popfly, une plateforme permettant de créer des pages web ainsi que des Mashups sans aucune connaissance particulière en développement web. Depuis quelques jours l’offre de Popfly s’est étoffée.

Le service en trois mots

Popfly regroupe 3 services de créations interactives, utilisant le plugin Silverlight, concurent d’Adobe flash et Quicktime.

Cette interface simplifiée nous permet de créer en quelques minutes une page web par simple glisser/déposer. Les pages web que l’on peut créer regrouperont aussi bien des musiques que des vidéos et des photos.

La création de Mashup est aussi très complète et ultra simplifiée. Il faudra tout de même un petit temps d’adaptation aux débutants pour apprendre à se servir de cette assistant.

Enfin la grande nouveauté dont Microsoft a parlé récemment est l’ajout d’un service permettant la conception de casual games. Encore une fois il ne faudra pas plus d’une demie-heure pour arriver à un résultat satisfaisant.

Les outils

La partie création de mashups est très poussée. On travail dans une interface en 3D avec une grande variété d’outils tels que des blocks Facebook, Live shearch, flickr ou encore twitter et autres fils RSS. Il est par exemple possible de combiner nos contacts twitter, facebook et msn dans une même interface puis de l’exporter en widget pour enfin l’ajouter à notre profil facebook comme une application.

La production de jeu se passe de la même manière. Toujours avec une interface ergonomique et clair, il faudra d’abord choisir un type de jeu pré-fabriqué comme pour le site Whosegame, puis on personnalisera à notre guise les éléments du jeu. Encore une fois il sera possible d’exporter son jeu sur facebook ou myspace. On voit bien ici la révolution qu’apporte Popfly au web.

La création de page web reste classique mais un effort à été fait pour faciliter le travail des utilisateurs. On note la possibilité d’intégrer nos mashups et jeux fait avec Popfly dans nos pages.

De nouvelles perspectives pour Microsoft

La cible d’une telle plateforme est bien sûr le grand public. Microsoft souhaite toucher le plus de monde avec Popfly et pourquoi pas créer une communauté autour de ce dernier.

Microsoft spécialiste des jeux vidéo sur console (X-box) et PC a compris l’enjeu qui réside dans les casual games et leurs large public. On voit aussi avec les applications compatible facebook leur intention d’utiliser les réseaux sociaux par les jeux dans leur stratégie.


Ngage : Sors et joues !

getout.jpg

Titre : Get out and play
Adresse : http://www.get-out-and-play.com/
Développeur : Nokia
Annonceurs : Nokia
Année de publication :
2008
Jeux concours :
non
Collecte d’informations : non

Pour les joueurs

Après l’avoir essayé j’étais sur les fesses ! La réalisation de ce soft est époustouflante. Tout y est réuni pour en faire un jeu exceptionnel à savoir l’humour, la surprise, l’originalité, la beauté graphique, la musique, tout ! Le jeu est séparé en 4 parties toutes plus sympa les unes que les autres. On commence par visionner une vidéo puis le jeu arrive. Celui-ci est un casse brique traditionnel avec sa petite particularité quand même… On enchaine avec la suite de la vidéo pour déboucher sur la présentation des produits. Tout est fait en stop motion et cela s’intègre relativement bien au gameplay du mini jeu. On ne remarque pas la coupure entre les scènes de vidéos et de jeux, d’ailleurs on ne sait même pas quand toucher au clavier. C’est l’effet stop motion qui permet d’avoir une si grande qualité d’image pour le jeu comme pour la vidéo. Celui-ci colle aussi tout à fait à la musique old school de grande qualité qui à été travaillée pour décupler l’effet stop motion. A la fin de l’expérience on à l’impression d’être nous même saccadé.

Graphismes : 5/5
Jouabilité : 4/5
Durée de vie : 3/5
Fun : 5/5

Pour les marketeurs

Pour la sortie de la nouvelle game de N-Gage, Nokia a décidé de frapper un grand coup et de faire une campagne de pub qui marquera tous les esprits. Une vidéo tellement spectaculaire qui ravira tous les consommateurs. Le pari est osé mais pour l’instant ils s’en sortent bien. Il faut dire qu’ils ont mis les moyens avec le spot get out and play. Ils ont réussi à faire le record du monde pour le snake le plus grand ! En effet 1000 personnes ont été engagées pour faire la vidéo et le tout à été filmé en stop motion. Ça n’a pas du être de tout repos, ni pour les comédiens, ni pour le staff… En tout cas l’effet final est surprenant. Le buzz de cette campagne est soutenu par un système de forward en lien avec facebook qui est assez sympa à utiliser. De plus get out and play s’appuie sur le site web N-Gage qui a aussi été très travaillé. Le site nous permet de regarder en détail la nouvelle game de « console » N-Gage, les jeux, les fonctionnalités. Mais je croyais que la N-Gage était un portable ?

Puissance : 5/5
Affinité : 5/5
Temps d’exposition : 4/5
Image de marque : 5/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gif

A vous de jouer : Alors, portable ou console ?

Catégories :Adresse, Informatique, Par Kevin, Test Étiquettes : , , ,

Intel : Inside the robot

robobrawl.jpg

Titre : Robo Brawl
Adresse : http://www.robobrawl.com
Développeur :
Annonceurs : Intel
Année de publication :
2008
Jeux concours :
oui
Collecte d’informations : oui

Pour les joueurs

Astro le petit robot revient parmi nous après une pause de 15 ans mais maintenant il est super énervé et ne rêve que d’exploser ses petits copains. Robobrawl est un jeu dans lequel il faudra détruire les robots concurrents dans une arène prévue à cet effet. Le gameplay est assez amusant même si il est parfois difficile de contrôler notre robot. Le graphisme n’est malheureusement pas trop travaillé et ceci fait contraste avec l’intérêt et l’originalité du jeu. L’aspect remarquable du jeu réside dans la customisation du robot. En effet on peut le pourvoir d’armes de plus en plus performantes, d’armures de plus en plus résistantes et de jambes (ou chenille ou…) de plus en plus facilement contrôlables. Tout ça pour vous dire qu’à la fin notre « Robo » devient une bête féroce qui détruit tout sur son passage pour notre plus grand plaisir. Le système de high score permet de comparer entre joueurs nos scores et le nombre d’ennemis que l’on a achever. Enfin, le grand plus que je mettrais à cet advergame vient du fait qu’il existe un mode multijoueur, très pratique et bien penser pour un jeu comme celui-ci.

Graphismes : 2/5
Jouabilité : 3/5
Durée de vie : 4/5
Fun : 4/5

Pour les marketeurs

La célèbre marque Intel, habituée des stratégies de buzz et notamment par les advergames (Opération : Inside ou encore Silicon Radar), a renouvelé une nouvelle fois l’expérience pour promouvoir au mieux son micro processeur Intel Xeon. Apparemment l’advergame marche bien pour Intel jusqu’ici. Il est vrai que la cible d’une tel entreprise prête facilement l’oreille à ce genre de campagne de communication, quel féru de processeurs ne s’intéresserait pas à un jeu de robot ? Ils l’ont bien compris et c’est pour cela que la promotion de leurs nouveaux processeurs pour serveurs passe par un jeu futuriste. Mais on peut constater que la vente de processeurs pour serveurs ne s’adresse pas aux particuliers mais plus aux entreprises. Ainsi on se demande comment va être accueillie une campagne BtoB utilisant des leviers destinés aux Gamers. Malgré tout le jeu est doté d’outils assez efficaces pour faire sa promotion tels qu’un jeu concours et un mode multijoueur en invitant ses amis, ça promet du forward.

Puissance : 3/5
Affinité : 4/5
Temps d’exposition : 3/5
Image de marque : 4/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Intel ou AMD ?

Aastra : Moi vouloir être chat

pat.jpg

Titre : Jouez avec Pat Thomas
Adresse : http://www.ear-ltd.com/game/
Développeur : Aastra
Annonceurs : Aastra
Année de publication :
2008
Jeux concours :
oui
Collecte d’informations : oui

Pour les joueurs

Deux chats de gouttières bleus dans une ruelle sombre passe encore, mais deux chats de gouttières bleus, cagoulés, portant une échelle sur l’épaule, il y a de quoi s’interroger. On comprend que ces deux chats ne sont pas là pour faire du shopping mais bel et bien pour cambrioler un appartement ! Dans ce jeu nos deux amis vont devoir voler un maximum de téléphones. Professionnels et bien organisés, les deux petits chats se séparent, l’un monte dans l’appartement par l’échelle et l’autre reste en bas dans la rue pour ramasser tout ce que son complice lui envoie. Nous incarnons le pauvre bougre du bas que l’on devra faire courir à gauche et à droite avec le clavier pour attraper les biens. Le but du jeu est d’acquérir un maximum de téléphones en évitant les bombes et pianos balancés par inadvertance. Les téléphones nous rapportent des points et le but est d’accumuler un maximum de points. Prenez garde car pianos et bombes vous immobilisent pendant plusieurs secondes et le temps vous est compté. Vous l’aurez compris ce jeu de réflexe est très sympathique et l’ambiance cartoonesque qui s’en dégage colle tout à fait au scénario. On apprécie le système de score et la visibilité des high scores pendant la partie (surtout quand c’est vous qui avez le meilleur). On passe un agréable moment devant ce petit jeu de réflexe qui se démarque de part son scénario original et ses graphismes old scool.

Graphismes : 4/5
Jouabilité : 5/5
Durée de vie : 4/5
Fun : 5/5

Pour les marketeurs

C’est à l’occasion de la sortie de son nouveau logiciel de téléphonie sur IP que Aastra, entreprise leader du marché de la téléphonie d’entreprise, s’est convertie au Buzz marketing. En effet, pour une stratégie de B to B, le buzz marketing n’est pas systématique, mais l’entreprise à voulu se démarquer de ses concurrents pour cette campagne et ça a marché ! Il faut dire qu’ils y ont mis le paquet. Rien ne manque à la campagne, vidéos virales, site web événementiel, street marketing, interview (R.P), utilisation des réseaux sociaux… Et bien sûr notre très cher advergame à l’occasion d’un jeux concours, véritable dopant pour la viralité d’un advergame. Il faut noter que le meilleur prix de ce jeu est réservé à celui qui aura parrainé le plus de monde, ce qui traduit la volonté de l’entreprise de passer un maximum par les réseaux. Leur campagne à plus été construite autour de la rumeur du nouveau produit de la marque. Le buzz a été déclenché par un personnage énigmatique et fictif, nommé Pat Thomas, qui recherchait toutes les informations possibles sur le produit au compte d’une société aussi fictive que lui, EAR (Early Adopter Research Ltd). Encore une fois tout les moyens ont été utilisé pour faire croire à l’existence du personnage. On remarque parmis eux : un compte sur Face book, un sur myspace et un site web. On y a cru dur comme fer 🙂 jusqu’au 3 avril, date de l’annonce de la sortie de l’Aastra 5000

Puissance : 5/5
Affinité : 4/5
Temps d’exposition : 4/5
Image de marque : 4/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gif

A vous de jouer : Croyez vous à la généralisation des opérations de Buzz dans le B to B ?

Pocket Geek : l’advergame dédié à un art de vivre

qnx-pocket-geek.jpg

Titre : The Pocket Geek
Adresse : http://www.thepocketgeek.com/
Développeur : QNX software system
Annonceurs : QNX software system
Année de publication :
2008
Jeux concours :
oui
Collecte d’informations : oui

Pour les joueurs

D’après Wikipédia, le geek est le stéréotype parfait d’un passionné, voire obsédé par un domaine particulier. Voilà une définition qui va, à Gabriel et à moi aussi bien que l’advergame que je m’apprête à tester. Honnêtement, j’ai cru qu’on m’avait filmé durant une journée de boulot, tellement ça colle à la réalité. Jugez plutôt : le principe du jeu est de prendre soin d’un geek qui travaille sur un projet. Pour réussir ce challenge, il vous faut l’aider à atteindre les 100 % d’avancement de projet avant le délai imparti. Deux jauges sont à surveiller : la jauge d’énergie et celle de productivité. Tant qu’elles sont dans le vert, tout va bien. Mais à partir du moment où elles virent au rouge, le projet n’avance plus ! Les deux jauges sont en constant mouvement et divers objets vous permettront de les réguler. Parmi eux, la part de pizza, l’inévitable tasse de café ou encore la pilule tout droit sortie du film Matrix. Tous les ingrédients nécessaires à la survie du geek sont présents. Si le jeu possède une esthétique très accrocheuse, avec un humour omniprésent (il faut voir ce personnage subir vos interventions), il n’en reste pas moins difficile. La raison à une absence quasi totale d’indications pour parvenir à vos fins. La réussite passe alors par de nombreuses expérimentations, plus ou moins sadiques, ainsi que par des tests de QI qui ponctuent les journées. Ces dernières vous rapporteront un bonus d’avancement non négligeable en cas de réussite. Si je connais la fin de ce jeu ? Je ne peux pas vous dire, mon geek a explosé… En tout cas, sur advergame.fr, on adhère.

Graphismes : 5/5
Jouabilité : 4/5
Durée de vie : 4/5
Fun : 5/5

Pour les marketeurs

Il fallait oser communiquer sur la communauté geek et l’illustrer dans son meilleur environnement : le bureau. Il ne s’agit pas dans cet advergame de retrouver les codes véhiculés par des stéréotypes, mais de s’identifier à ce personnage miniature, dont l’activité ne diffère pas beaucoup de celle de la majorité d’entre nous. Il est certain que pour ceux qui passent la journée derrière un PC, certaines scènes rappellent quelques souvenirs. Avec des clients comme General Electric ou encore Siemens, QNX se définit lui-même sur son site Internet comme « une part importante de la vie de tous les jours ». Le secret de leur succès réside de faire fonctionner un système d’exploitation (Windows par exemple) à l’aide de plusieurs multitâches, plutôt que grâce à une seule. Cela permet dans les faits aux développeurs de désactiver les fonctionnalités qu’ils ne veulent pas de leur système d’exploitation sans en changer. Sur son marché, l’entreprise affronte comme concurrents principaux VxWorks, Linux et Microsoft Windows. Je me demande d’ailleurs si ces derniers ont un jour communiqué aussi franchement sur la cible geek. En attendant, en écrivant ce test, je me suis rendu compte que j’avais mangé la moitié d’un paquet de bonbons… Vraiment bien rendu, ce mini-geek.

Merci Gaduman

Puissance : 3/5
Affinité : 4/5
Temps d’exposition : 4/5
Image de marque : 5/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Êtes-vous nerd ou geek ?