Archive

Archive for the ‘Textile’ Category

Test Advergame : Saute dans ton jean pour Bonobo #FB

Titre : Application Facebook « Saute dans ton Jean »
Adresse : http://www.facebook.com/bonoboplanet
Annonceurs : Bonobo Planet
Développeurs :
Adictiz
Année de publication :
2010
Jeux concours :
non, et c’est bien dommage
Collecte d’informations : oui

Pour les joueurs

La quasi totalité des utilisateurs Facebook français connaissent sans le savoir Adictiz, les éditeurs de jeux sociaux, bien de chez nous (cocorico) qui ont entre autres développé Paf le chien, hit Facebook, qu’on ne présente plus. Ils se risquent aujourd’hui aux développements d’advergames avec un jeu pour la marque de prêt à porter Bonobo.

L’objectif est d’envoyer le plus loin possible Tarzan ou sa copine en le faisant atterrir droit, debout dans son jean Bonobo. Le jeu reprend le gameplay du Yéti Like (qui a fait le succès des éditeurs) en modifiant légèrement l’expérience, pour la phase de lancement (avec la souris) et en maintenant l’intérêt du joueur pendant l’envolée du personnage en tentant de conserver son équilibre (clavier). Vous le savez, moi qui préfère les gameplays mainstream je ne suis pas fan de la double utilisation clavier/souris qui nuit à la simplicité de l’expérience.

Cependant le jeu s’avère de bonne qualité, assez fun. Aussi bien dans les graphismes travaillés que dans l’expérience utilisateur qui emploie les explications au bon moment et n’est pas trop intrusif dans les moments de collecte. Où l’on retrouve l’expérience d’Adictiz, c’est dans l’utilisation parfaite des outils offerts par Facebook pour booster la viralité du jeu et son aspect social – nous en reparlerons dans la partie Marketing si vous le voulez bien :). On regrettera tout de même un jeu étonnamment gourmand en ressource, qui a un peu de mal à tourner sur mon PC et le ralenti parfois (la pauvre bête).

Les notes joueurs :

Graphismes : 3/5
Jouabilité : 2/5
Durée de vie : 3/5
Fun : 4/5

Pour les marketeurs

Facebook est un tournant pour nous autres, créateurs d’advergames. La grande critique adressée à nos petites opérations fut longtemps l’effort trop important accordé à l’acquisition de trafic associé à la création du contenu et Facebook répond en partie à cette problématique grâce aux outils viraux mis à disposition par son API.

Le jeu « saute dans ton jean », utilise parfaitement ses outils pour atteindre la diffusion de proche en proche permise par la plate forme.

  • Le like : Ce petit bouton, qui parait pourtant si simple est l’objectif principal d’une opération marketing sur le réseau social. Aujourd’hui, plus de 95% des interactions se font via le neews feed des utilisateurs et capter un prospect c’est le faire cliquer sur le like, ou l’y obliger gentillement, bien sur. C’est le choix pour ce jeu qui ne peut pas être joué sans un like préalable. C’est un choix un peu intrusif, qui aurait pu être remplacé par une landing tab sur la page fan mais sur le fond, c’est parfait.

  • Les high scores : Encore un outil évidement bien adapté par les développeurs qui connaissent bien le système déjà intégré dans tous ces jeux. On peut y voir le classement des amis et le général, évidement, mais pas si simple à mettre en place.
  • Les notifications sur le wall : Partout présentes (ami battu, meilleur score). Intéressant comme elles ont été intégrées comme si le jeu n’était pas publicitaire pour jouer la carte de la viralité un maximum, et amener doucement les amis de mes amis à jouer et au like.
  • La collecte d’emails : Très légère, vraiment pas dissuasif, au moment de l’annonce du résultat, ce qui à mon avis va un peu nuire à la performance. La marque a fait le choix de collecter par l’inscription plutôt que d’utiliser l’API Facebook au moment de la demande de permission. C’est plus respectueux du joueur, à savoir si la conversion va être bonne. Je laisse les responsables nous dire ça en commentaire s’ils le veulent bien 😉

En conclusion, SAUTE DANS TON JEAN est un vrai jeu social. Son aspect publicitaire est léger et tout est fait pour jouer à fond la carte de la viralité et la diffusion de proche en proche. Un belle référence d’advergame social que la rédaction d’advergame.fr salue !

Les notes marketing :

Puissance : 4/5 si la mayonnaise virale prend !
Conversion/Collecte : 3/5
Affinité à la marque : 2/5
Bonobo peut présent dans le scénario

Temps d’exposition : 2/5
Image de marque : 2/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Une marque bien intégrée dans un advergame est elle une marque discrète ?

Shopping life : Le vrai e-commerce

shopping-life.jpg

Titre : Shopping life
Adresse : http://shoppinglife.fr/galerie.html
Annonceurs : Shoppinglife.fr
Année de publication :
2008
Jeux concours :
non
Collecte d’informations : non

Pour les joueurs

On en a marre de passer des journées entières à marcher dans les rues bondées pour trouver une veste qui ne nous va même pas. Shopping life a trouvé la solution pour nous enlever ce calvaire. Développé avec le plugin Turntool ce jeu en 3D largement inspiré de second life (même pour le nom) va nous permettre de flâner dans trois villes virtuelles dans lesquels ont pourra accéder aux magasins (de grandes marques) pour y choisir nos vêtements. Lorsqu’un article nous plait il est possible de cliquer dessus pour aller sur une page html et avoir tous les détails utiles ainsi que d’autres articles de la même marques. L’initiative est bonne et le jeu très immersif, mais celui-ci est en proie à de nombreux bugs et je regrette que les articles des magasins ne soient pas en 3D.

Graphismes : 4/5
Jouabilité : 3/5
Durée de vie : -/5
Fun : 4/5

Pour les marketeurs

Shopping life est une plateforme de vente online regroupant une trentaine d’enseignes comme Reebok, Puma, Pimkie… Ce site se différencie des autres en proposant un univers immersif pour effectuer ses commandes sur internet. C’est un moyen original de se démarquer des concurrents qui sont nombreux et de plus en plus inventifs, je citerai entre autre potoroze et themall.tv. De plus ce support 3D est aussi une aubaine pour les marques qui participent à l’opération. Même si shopping life ne nous propose pas l’aspect ludique qui fait la force des advergames, son univers reste une vitrine qui donne aux marques une image très positive, une visibilité et un aspect interactif qui plait aux internautes.

Puissance : 3/5
Affinité : 4/5
Temps d’exposition : 4/5
Image de marque : 4/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Une interface 3D permet-elle réellement de doper les ventes ?


Le jeu de la mort qui ne tue pas

jokers-masquerade-attack-of-the-funky-zombies.jpg

Titre : Attack of the funky disco zombies
Adresse: http://game.joke.co.uk/
Développeur : Matmi games
Annonceur: Jokers’ masquerade
Année de publication: Octobre 2006
Jeux concours: non
Collecte d’informations: oui

Pour les joueurs
Certes, ce n’est pas la période rêvée pour un advergame sur halloween, mais ce jeu fait suite à l’article précédent, explorant une autre période que celle de Noël. On y incarne une personne lambda contrainte de barricader sa maison contre des hordes de zombis et de fantômes. Pour ce faire, vous disposez de multiples objets, comme de l’inévitable fusil à pompe, dévastateur de têtes en putréfaction ou encore d’un aspirateur à fantômes. Les six niveaux se suivent sans lasser, proposant plusieurs phases de gameplay différentes (je vous laisse la surprise). La réalisation est très convaincante pour ce type de jeu (vue en 2D, dans la veine de Pitfall pour les connaisseurs), l’humour y est omniprésent et la durée de vie est plus que satisfaisante.

Graphismes: 3/5
Jouabilité: 4/5
Durée de vie: 5/5
Fun: 4/5

Pour les marketeurs
Sorti en octobre, cet advergame a raflé le bronze au « Best Interactive Eurobest » à l’Eurobestlive 2006 (sorte de trophées de la communication), face à 5000 autres prétendants. Le soin tout particulier qui a été apporté à sa conception s’explique par l’importance de la période d’halloween pour l’annonceur (location de costumes et autres déguisements, forcément). La campagne menée autour du jeu fut un succès, les visiteurs affluant par milliers, avec une augmentation conséquente des chiffres des ventes.

Puissance : 3/5
Affinité : 4/5
Temps d’exposition : 4/5
Image de marque : 4/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Serez-vous capables de survivre dans cet enfer pleins de zombis funky et autres créatures étranges?

C’est encore Noël! (Eh oui!)

jokers-masquerade-santa-vs-frost.jpg

Titre : Free Santa vs Jack flash game
Adresse: http://www.joke.co.uk/publish.asp?what=santa_game&page=1
Développeur : Matmi games
Annonceur: Jokers’ masquerade
Année de publication: Décembre 2006
Jeux concours: non
Collecte d’informations: oui

Pour les joueurs
Je sais ce que vous allez me dire, vous commencez -moi aussi, d’ailleurs- à désespérer que l’été arrive, face à cette vague d’advergames « spécial Noël ». Sauf qu’en tant que testeur, je me dois d’être professionnel et consciencieux dans mon travail! Et c’est tant mieux, vu cet advergame franchement sympathique qui vous propose d’endosser le rôle du père Noël, aux prises avec l’affreux Jack Frost. Sur une planète de taille semblable à celle du petit prince d’où dépassent toits et cheminés, vous devez lancer les cadeaux dans les ces dernières. En accumulant des points des costumes, que vous pouvez commander, se débloquent. Seul hic, le bouton pour aller sur la page d’achat ne fonctionne pas… Proprement réalisé, ce jeu a le mérite d’offrir une partie simple, courte (une minute), à laquelle on reviendra avec plaisir.

Graphismes: 2/5
Jouabilité: 3/5
Durée de vie: 3/5
Fun: 3/5

Pour les marketeurs
Jokers’ masquerade est une marque de Abscissa.Com Limited, spécialisée dans la location de costumes et d’accessoires pour des occasions telles que halloween ou encore Noël. A l’origine tournée vers les systèmes de sécurité sur Internet, l’entreprise s’est peu à peu tournée vers les farces et autres déguisements. Leur activité a ainsi commencé en été 2002, pour enregistrer les trois derniers mois de la même année un chiffre d’affaire de 43 000 livres (environ 57000 euros). Aujourd’hui, elle pèse plusieurs millions de livres (sterling) et possède un certain nombre de licences (Star Wars), ainsi que des droits de distribution pour de nombreux fabricants américains de costumes.

Puissance : 2/5
Affinité : 3/5
Temps d’exposition : 3/5
Image de marque : 4/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gif z-plein.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Pourrez-vous distribuer tous les cadeaux z’aux petits z’enfants?

TV Trip

Titre : Tv trip
Adresse : http://jeu.tvtrip.com/jeu.asp Développeur : 1000 mercis
Annonceur: Tv trip
Année de publication: 2007
Jeux concours: oui
Collecte d’informations: oui

 

 

Pour les joueurs
Flashback… Nous sommes un de ces mardi soirs pluvieux comme on les aime, on ne peut se consoler en se disant qu’on est au début de la semaine ou à la fin, on est en plein dedans et il va falloir tenir bon. Et là comme un rayon de soleil dans votre soirée, Charles Villeneuve et un « droit de savoir » (mais c’est aussi valable pour Capital le dimanche, Zone interdite, etc.) consacré aux vacanciers qui se sont faits arnaquer… Il y a des cafards dans la chambre d’hotel, de l’insécurité, l’eau de la piscine a tourné et j’en passe et des meilleures… Et bien contrairement à ce que l’on aurait pu croire, le jour où ces informations vont vous servir est arrivé ! Vous devez débarasser une chambre des toiles d’araignées, récupérer les gouttes qui tombent d’une climatisation d’un autre temps et vous occuper de la piscine. Des petits jeux très instinctifs qui font agréablement passer le temps, d’autant plus si vous voulez être un des heureux gagnants d’un voyage à Rome, Barcelone ou Londres. En effet meilleurs vous êtes aux jeux et plus vos chances de gagner augmentent, jusqu’à 200 fois!

 

Graphismes: 3/5
Jouabilité: 3/5
Durée de vie: 3/5
Difficulté: 4/5

Fun: 3/5

Pour les marketeurs
TVtrip est un moteur de recherche pour les hôtels, qui utilise des vidéos impartiales que pour vous aider à faire le bon choix d’hôtel. En plus des aménagements et équipements de l’hôtel vosu trouverez des informations et vidéos détaillées sur les alentours. A mi chemin entre l’advergame et le jeu concours, cette réalisation tend à se répandre dans le futur. En effet comme on a pu le voir avec the perfect flight, les publicitaires sont bel et bien en train de délaisser le jeu concours bête et méchant, du moins sur internet, et essayent de récompenser les plus perspicaces d’entre vous. A n’en pas douter la cible de ces deux dernières réalisations sont les casual gamers et tout le monde a une chance, étant donné la simplicité et l’intuitivité de ces programmes.

Puissance : 3/5
Affinité : 4/5
Temps d’exposition : 5/5
Image de marque : 4/5

Note Globale Advergame : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Vous avez déjà été confronté à des arnaques pendant vos vacances ?

 

Merci à cyril de nous avoir indiqué ce jeu

Roxy Parfums: Mon jardin virtuel

roxy-parfums.jpg

Titre : Roxy parfums: mon jardin virtuel
Adresse :
http://www.roxyparfums.fr/game/
Développeur :
Vanksen / Culture Buzz
Annonceur :
ROXY
Année de publication :
2007
Jeux concours :
Oui
CRM :
Oui

Pour les joueurs
A mon grand désarroi, chez ADVERGAME.FR nous n’avons pas de testeuses… Alors quand je me suis mis en tête d’essayer cet advergame réalisé pour Roxy j’étais plutôt ennuyé. Mais pas résigné. En effet un plan maléfique prenait forme dans ma tête. En plus de mon test, le jeu allait être soumis à…ma petite soeur de 16 ans, chouchou des marketeurs, toujours plus ingénieux pour capter son attention. Parlons du jeu : on s’inscrit, on forme une équipe avec ses copines, c’est plus rigolo, et on espère vraiment gagner un weekend loin de ses parents (oui on a 16ans) . Les graphismes sont très mignons, et on est pas déconcertée (oui on est une fille aujourd’hui) par la prise en main, très proche des sims (notre jeu video préféré). Le principe de faire pousser son jardin, de choisir ses plantes et de le décorer on adore, mais ce qu’on préfère c’est suivre l’évolution (on a commencé avec tamagotchi, puis les sims et enfin nintendogs , ça nous connait !). Il faut donc revenir tous les jours pour avoir des points, pour pouvoir acheter plantés, barrières, massifs, etc. Et pendant ce temps là ça pousse, et chaque jour, entre son mail et son myspace, on s’emerveille devant notre création. Au final un très bon advergame comme on espère en publier d’autres pour nos amies sur ADVERGAME.FR.

Graphismes : 5/5
Jouabilité : 3/5
Durée de vie : 4/5
Difficulté : 3/5

Fun : 5/5

Pour les marketeurs
Première marque de surf entièrement dédiée aux filles, Roxy est lancé en 1991 et peu à peu installe la glisse au féminin. C’est une des marques du groupe Quicksilver (marque de surf Australienne). Cet advergame accompagne la lancée récente de roxy parfums. Roxy est une marque qui véhicule l’esprit du milieu de la glisse tout en ayant su l’adapter auprès des jeunes urbaines. D’où la pertinence du jeu, avec un jardin à entretenir (valeurs écologiques) mais aussi et surtout à imaginer, à organiser(valeurs créatives très importantes dans le milieu surf, skate, etc.). L’affinité est parfaite. D’autant plus avec ce système de jeu que la cible connait déjà (sims, nintendogs,etc…)
Enfin le temps d’exposition est un exemple à suivre, il faut retourner sur le site et dans le jeu tous les jours. il faudra suivre la puissance. En tous cas on ne peut qu’applaudir ce bel exemple d’advergame spécialement dédié aux filles.

Affinité : 5/5
Temps d’exposition : 5/5
Image de marque : 5/5
Puissance: 3/5

Note Globale :

A vous de jouer : Pensez vous que la femme est l’avenir de l’advergaming ?

Lacoste Web Tennis Challenge

lacoste-tennis-challenge.jpg

Titre : Lacoste Web Tennis Challenge
Adresse : http://www.lacoste.com/usa/main.html
Développeur : Lacoste
Annonceur : Lacoste
Année de publication : 2007
Jeux concours : Oui
CRM : Oui

Pour les joueurs
Bon avant de coller un blâme, je dois avouer que quand j’ai lu la présentation sur adverblog, je m’en suis tenu aux seuls mots « Advergame », « 3D » et « Tennis ». Autant dire qu’avec mon imagination débordante, je m’attendais au Virtua Tennis des advergames : prise en main rapide, animations dynamiques et graphismes photoréalistes. Loin de moi l’idée d’un pong en perspective 3D injouable, difficile, avec quelques sprites de joueurs flottant sur fond bleu pour bien rappeler qu’il s’agit d’un jeu de tennis. Non, vraiment, je ne m’attendais pas à ce qu’on m’enchaîne 6-1 comme ça, l’air de rien avant de me dire que si je souhaite refaire une partie, pour laquelle j’avais déjà donné nom, adresse et coordonnées, il faudrait -ô miracle- qu’une personne parmi 4 de mes amis réponde à leur e-mail promotionnel et reprenne la procédure. Et pourtant, Lacoste l’a fait.

Graphismes : 2/5
Jouabilité : 2/5
Durée de vie : 1/5
Difficulté : 2/5

Pour les marketeurs
Pour mener une vaste campagne de CRM, Lacoste a judicieusement opté pour le canal vidéoludique, de sorte de mener à bien son concours du 20 août au 9 septembre. Toutefois, à aucun moment il n’en exploite les possibilités, notamment en termes de proximité avec l’internaute et de temps d’exposition. Alors que des advergames comme Accro au Nitro invitaient volontiers à se prendre au jeu et à passer du temps avec la marque, et par la même occasion, à participer au concours, Lacoste se montre beaucoup plus agressif en exigeant non seulement des informations sur le joueur pour pouvoir commencer une partie, mais également celle de ses amis pour pouvoir rejouer. Lacoste Web Tennis Challenge engendre plus volontiers un effet déceptif, devant la difficulté du-dit challenge et la pauvreté du gameplay.

Puissance : 3/5
Affinité : 1/5
Temps d’exposition : 1/5
Image de marque : 2/5

Note Globale : z-vide.gifz-vide.gifz-vide.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Quelle image de Lacoste vous laisse cet advergame ?

Downhill Duel

down-hill-duel.jpg 

Titre : Downhill Duel
Adresse : http://www.downhillduel.com/
Développeur : Inbox Digital
Annonceur : Fat Face
Année de publication : 2006
Jeux concours : Oui
CRM : Oui

Pour les joueurs
Depuis la déferlante Tony Hawk Pro Skater, le nombre de jeux vidéo consacrés, non seulement au skate, mais à tous les sports extrêmes, a explosé. On ne compte plus les variations de jeux sur les sports extrêmes, qu’il s’agisse également de roller, de trottinette (si, si !) ou, comme dans le cas présent, de VTT. Ceci dit, on ne rechignera pas trop à s’y essayer à Downhill Duel, puisqu’il constitue encore l’un des rares advergames à traiter cette discipline.
Là, où c’est plus intéressant encore, c’est le choix d’un moteur de jeu 3D, qui distingue de la concurrence proposée sur les (très bons) sites de jeux flash comme Teagames. Le rendu est bien dynamique même si on regrettera quelques soucis d’aliasing, bugs d’affichage et autres raideurs dans l’animation (le rider me fait penser à un pantin désarticulé quand il chute, c’est drôle une fois, mais ensuite, je trouve ça triste). Le jeu consiste d’une seule et même course, au cours de laquelle vous pouvez réaliser quelques figures (j’ai bien dit « quelques ») mais en définitive, si l’approche est sympathique, on ne s’y attarde pas vraiment, le défi étant assez répétitif.

Graphismes : 3/5
Jouabilité : 3/5
Durée de vie : 2/5
Difficulté : 3/5

Pour les marketeurs
Downhill Duel a été développé par les auteurs des célèbres Jelly Games pour la marque de vêtements Fat Face. Si le jeu est cohérent avec l’image de l’enseigne (même milieux naturels sur les deux sites), il souffre toutefois, en termes d’affinité, des défauts déjà énoncés pour Street Kiter : un advergame qui a charge de promouvoir une image doit afficher une réalisation graphique irréprochable, or ce n’est pas tant le cas ici, puis que Downhill Duel montre de grosses limitations techniques (absence d’anti-aliasing). Reste un jeu très accessible, à l’onglet CRM bien intégré pendant le temps de chargement et à la viralité très forte (le jeu propose l’internaute de défier un ami via courriel), qui justifient à eux trois le succès de la campagne lancée en juin 2006, mais il est toujours un peu regrettable de s’en tenir à ces seuls enjeux de notoriété, notamment dans le cadre de la promotion d’une ligne de vêtement, où le premier contact avec la marque est décisif.

Puissance : 4/5
Affinité : 3/5
Temps d’exposition : 2/5
Image de marque : 4/5

Note Globale : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Dans quelle mesure estimez-vous que la réalisation graphique d’un advergame a une influence sur l’image d’une ligne de vêtement ?

Street Kiter

k-swiss-street-kiter.jpg 

Titre : Street Kiter
Adresse : http://nautical.kswiss.co.uk/game
Développeur : K Swiss
Annonceur : K Swiss
Année de publication : 2006
Jeux concours : Non
CRM : Non

Pour les joueurs
Nous en parlions déjà à l’occasion d’un précédent article, il existe principalement deux types de plates-formes de développement pour créer des mini jeux en 3D : Shockwave et Virtools. Voici un exemple des capacités du logiciel Shockwave, le logiciel d’Adobe : Street Kiter, développé pour la marque K Swiss.
Initiative très intéressante dans la mesure où il s’agit d’un des premiers jeux publicitaires de Kite Surf. Toutefois, la marque n’a pas saisi l’occasion pour nous délivrer un jeu purement orienté sur cette discipline, puisque qu’au lieu d’évoluer en milieu marin, vous vous déplacerez en environnement urbain où les routes sont liquides, les bateaux et les requins pullulent. L’approche est donc un peu décalée, et peut laisser un peu perplexe à première vue, mais l’internaute qui aura déjà joué à Tony Hawk’s Pro Skater ou à n’importe quel jeu de glisse se retrouvera en terrain connu : il s’agit de traverser un parcours en enchaînant les figures, le tout dans un temps imparti. Pour ce qui est de la réalisation, on retiendra malheureusement un graphisme et une animation peu aboutis : le découpage du personnage est assez grossier et l’animation du surfer un peu raide (nous renvoyant aux tout premiers jeux de la PS1). Un peu dommage, dans la mesure où cela rend peu engageant un advergame au concept original.

Graphismes : 2/5
Jouabilité : 3/5
Durée de vie : 3/5
Difficulté : 3/5

Pour les marketeurs
K Swiss, spécialiste vestimentaire réputé pour conjuguer les cultures street et nautique, a lancé en fin d’année 2006 une campagne de marketing viral, parfaitement ciblée (18-25 ans) et cohérente avec ses valeurs : son site internet affiche ainsi un taux de fréquentation assez fort depuis près d’un an. Toutefois, la réalisation graphique peu aboutie de l’advergame, prépondérante dans la mesure où un vêtement véhicule une image, n’invite pas nécessairement à surveiller les produits chez K Swiss, malgré toute la dimension ludique. De plus, le mariage de la culture surf avec la culture street donne ici un résultat plus étrange qu’attrayant : pour un premier contact avec la marque, ce jeu m’a laissé un brin dubitatif sur leur ligne de vêtement.

Puissance : 4/5
Affinité : 2/5
Temps d’exposition : 3/5
Image de marque : 4/5

Note Globale : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Quelles impressions vous a laissé Street Kiter sur ce mariage milieu marin/environnement marin ?

Don’t Slow Down

dont-slow-down.jpg 

Titre : Don’t Slow Down
Adresse : http://www.dont-slow-down.eu/
Développeur : Gumbird / Nouveau Jour
Annonceur : Puma / Foot Locker
Année de publication : 2007
Jeux concours : Oui
CRM : Oui

Pour les joueurs
Dans la lignée du précédent King of Power en faux flash 3D, voici un WipeOut-like paru en mai dernier : le très bon Don’t Slow Down. Ce dernier advergame (un jeu de course de vaisseaux, donc) profite également d’un moteur de jeu fluide, et offre d’étonnantes sensations dans les virages, grâce aux mouvements dynamiques de caméra. Originalité : vous êtes aux commandes d’un vaisseau en forme de chaussure. Du reste, le jeu est très jouable et l’interface, intuitive -quelques commandes simples avec les flèches suffiront amplement. Il est dommage en revanche de ne trouver aucun autre concurrent sur le parcours, ce qui écourte nettement la durée de vie de l’advergame : à moins que la seule course contre la montre vous tienne en haleine des heures.

Graphismes : 3/5
Jouabilité : 4/5
Durée de vie : 2/5
Difficulté : 3/5

Pour les marketeurs
Don’t Slow Down est un jeu qui a accompagné la campagne de co-branding, entre Foot Locker et Puma, en mai dernier. Les deux marques sont heureusement bien présentes à l’écran et le ciblage est bien opéré (ces couleurs très agressives pour une clientèle masculine), quoique le concept de l’advergame proposé ne soit pas tout à fait en adéquation avec le produit : si un jeu de course s’avère pertinent pour faire l’éloge de la vitesse et de la puissance (valeurs conformes avec l’imagerie sportive de Puma et Foot Locker), l’usage détourné de la Puma Ducati en tant que vaisseau anti-gravitationnel apparaît presque absurde à l’écran, pour la promouvoir en tant qu’accessoire sportif. Bien que le véritable objet de cette campagne soit une collecte d’informations via le jeu concours et le système de Hi-Scores, il est souvent regrettable que les marques négligent leur image au profit des seuls enjeux de puissance. L’objectif est atteint, au regard de la puissance du buzz généré en mai dernier, mais cela n’est pas un hasard s’il ne s’est pas tant prolongé.

Puissance : 4/5
Affinité : 3/5
Temps d’exposition : 3/5
Image de marque : 2/5

Note Globale : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Quel type d’advergame vous semble le plus pertinent pour promouvoir une marque de chaussure ?